Croissance

Pour une entreprise, la croissance signifie une augmentation durable de ses activités (croissance du chiffre d'affaires).

Cette croissance peut être d'origine interne par intégration des réserves au capital social (autofinancement des investissements), ou d'origine externe (emprunts, émissions de nouvelles actions).

Pour une économie nationale, la croissance se matérialise par l'augmentation sur une longue période du Produit National Brut (PIB) réel (à prix constants) par habitant. Véritablement initiée au début du XIXe siècle à la suite de la révolution industrielle, la croissance économique a permis une amélioration du niveau de vie des individus.

Les facteurs de la croissance économique, retenus dans les « modèles de croissance », sont la quantité de capital, le volume de la main d'?uvre, la qualité de la main d'?uvre (éducation), le progrès technique et l'innovation.

Des nombreux auteurs ont montré que parmi ces différents facteurs de croissance, les éléments qualitatifs (dits aussi « facteurs résiduels » : niveau d'éducation, progrès techniques, niveau de concentration des entreprises, etc.) sont plus importants que les facteurs capital et travail réunis.

La croissance économique peut être soit extensive (augmentation du PIB réel due à l'augmentation des facteurs de production), soit intensive (pas d'augmentation des facteurs de production).

La Chine est le pays connaissant depuis quinze ans la plus importante croissance économique au plan mondial (+ 10 % en moyenne entre 2000 et 2008), les Etats-Unis ayant connu pendant la même période une croissance de l'ordre de 3 % par an, l'Union Européenne une croissance de 2 % par an.

De nombreux facteurs concourent à rendre la croissance instable. Les innovations ont un caractère imprévisible : au mieux, si l'on se réfère aux travaux de Schumpeter (Business cycles - 1939), l'innovation présente un caractère cyclique.

Les chocs de l'offre de biens et de services sont d'autre part nombreux (hausse des prix de l'énergie, etc.), et plusieurs composantes de la demande ont des ressorts psychologiques (surtout l'investissement et la consommation). Enfin la mondialisation de l'économie est porteuse de perturbations. L'interdépendance croissante des économies favorise la transmission internationale des crises, notamment des crises financières.

 

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter