Tue, 28 Feb 2012 17:00:00 +0000

Les bons résultats des Etats-Unis supportent les marchés

 

Marchés actions:
Ce soir, les indices européens clôturent en hausse malgré les inquiétudes persistantes sur les économies de la zone euro. Alors que le feuilleton grec est en passe d'être achevé, de nouveaux pays commencent à montrer des signes de faiblesse. L'Espagne est toute particulièrement désignée puisque cette dernière n'arrive pas à atteindre les objectifs de déficit fixé par Bruxelles l'année dernière. En 2011, le déficit a atteint 8,51% du PIB, très largement au-dessus de 6% visé par le gouvernement à l'origine. Pourtant, les marchés ont choisi d'ignorer ces mauvaises nouvelles et ont été emporté par les bonnes nouvelles en provenance des Etats-Unis.
Outre-Atlantique, les actions ont avancé, l'indice S&P 500 grimpant pour le quatrième jour consécutif. La confiance des consommateurs aux Etats-Unis est ressortie bien meilleure qu'attendu par les analystes : elle s'affiche à 70.8 points contre 63.0 d'estimé à l'origine. En revanche, les commandes de biens durables ont chuté de 4,0% contre 3% de croissance pour le mois de janvier. Sur le front des entreprises, Priceline.com, la plus grande agence de voyage en ligne aux Etats-Unis (par capitalisation boursière) et Autozone Inc, un vendeur de pièce automobile, ont toutes deux grimpé de plus de 2% après que leur chiffre d'affaire est dépassé les projections des analystes.
Dans ce contexte, le CAC40 cotait à 3 453,99 points en hausse de 0,36%. Dans le palmarès STMicroelectronics et  Renault gagnaient toutes les deux 6,88% et 2,60%. Le Footsie100 se négociait à 5 927,91  points en progression de 0,21%. Le DAX30 affichait des performances similaires avec un bond de 0,56%  menant l'indice à 6 887,63 points. Outre-Atlantique, le S&P500, le Dow Jones et le Nasdaq Composite évoluaient en hausse de respectivement 0,35%, 0,25% et 0,67%.


Forex :
Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne a été chahutée aujourd'hui face à sa principale contrepartie, le billet vert, à la suite de la publication de différents indicateurs en provenance des Etats-Unis. Les commandes de biens durables sont ressorties en nette baisse de -4,0% aux Etats-Unis. Même tendance du côté des prix des logements qui reculent de 0,5% au cours du mois de décembre par rapport au mois de novembre pour la huitième fois consécutive. La hausse du moral des ménages à un plus haut depuis un an a permis de redonner un nouvel élan à la monnaie des dix-sept. En fin d'après-midi, un euro s'échange pour 1,3465 dollar face au billet vert tandis que face à la devise britannique et à la monnaie japonaise un euro s'échange respectivement pour 0,8475£ et 108,43 yens. Ces bons indicateurs ont permis de minimiser l'abaissement par l'agence de notation Standard & Poor's de la note de crédit de la Grèce à défaut de paiement sélectif. Sur le marché obligataire, les investisseurs ont suivi avec intérêt ce matin l'émission obligataire à 10 ans de l'Italie avec des rendements en baisse, preuve d'un regain de confiance des investisseurs pour le pays. Par ailleurs, le feu vert donné par la Troïka (FMI, UE, BCE) au Portugal pour le versement d'un nouveau prêt au pays s'élevant à 78 milliards d'euros a également soulagé les marchés. Néanmoins, les investisseurs attendent l'opération de refinancement menée par la Banque centrale européenne demain qui s'affiche comme l'évènement de la semaine. De son côté, le billet vert se négocie pour 80,44 yens face à la devise nippone et pour 1,5890 dollar contre la devise britannique.
Au chapitre des matières premières, les cours des métaux précieux enregistrent une hausse. L'once d'or se traite à 1 784 dollars et l'once d'argent atteint 36,80 dollars. Du côté de l'or noir, le baril « Light Sweet Crude » à échéance avril 2012 s'échange pour 108,72 dollars sur le NYMEX et le baril de la Mer du Nord de même échéance se négocie pour 123,43 dollars.