La volatilité est-ce bien ou mal ?

La différence entre la volatilité et le risque

La volatilité mesure la variation d'un actif financier sur une période de temps donnée. Le risque mesure la perte potentielle d'un portefeuille sur une ou plusieurs positions.

La volatilité mesurée avec l'ATR montre que la plupart des paires de devises varient rarement de plus de 1% par jour. On pourrait donc penser qu'un portefeuille sur le forex ne peux pas gagner ou perdre plus de 1% par jour, conduisant à un risque maitrisé et relativement faible.

Mais ce n'est pas le cas, tout d'abord car le trader peut utiliser et abuser de l'effet de levier. Or un effet de levier trop important peut signifier une perte potentielle difficilement gérable.

A partir de quel niveau de volatilité le risque est-il important ?

Nous parlons toujours du risque mesuré avec l'ATR. Si nous considérons le risque comme une mesure de la perte potentielle sur une ou plusieurs positions, chaque trader devra fixer la perte maximale qu'il est prêt a prendre, cette perte est un paramètre important de son plan de trading et peut être calculée avec les données tirées de ses résultats (comme le taux de trade gagnant, le gain et la perte moyenne par position...). Une rêgle générale dit qu'on ne devrait pas dépasser 1% de risque par position, si on considère cette rêgle comme vraie on peut dire que le marché des change n'est pas un marché à haute volatilité.

En fonction de la volatilité le trader peut ajuster différents paramètres pour contenir son risque. Il peut augmenter ou diminuer la taille de ses positions ou modifier les niveaux de ses stops.

Nous voyons donc que le niveau de volatilité ne modifie pas le risque si le plan de trading prévoit d'ajuster la taille des positions lorsqu'elle augmente ou diminue.

La volatilité peut elle être trop faible ?

On vient de voir que la volatilité peut être maitrisée si elle monte trop haut. Mais dans le cas ou elle descend de façon important nous voyons de nouveaux problèmes arriver.

Vu le paragraphe précédent on pourrait se dire qu'il suffit d'augmenter la taille des positions pour continuer à trader avec une volatilité faible. Or de nouveaux éléments entrent en jeu.

Tout d'abord le spread devient un paramètre non négligeable. C'est un paramètre assez difficile à mesurer car il varie dans le temps (le spread est rarement fixe) et suivant le broker. Prenons un exemple fictif d'un Euro Dollar à 1.0000 avec un spread de 0.0001 soit 1 pip. Si la volatilité mesurée est de 1% cela représente une variation moyenne de 0.01 soit 100 pips, dans ce cas le spread représente 1% du mouvement quotidien, il est donc presque négligeable. Par contre imaginons que la volatilité descende à 0.1% soit 10 pips, le spread représentera alors 10% du mouvement quotidien, ce qui devient significatif pour un trader intraday et c'est encore pire pour un scalper.

Il existe un autre risque, celui d'un mouvement brusque et important. Supposons que la volatilité descende d'un facteur 10 et que, pour compenser, nous augmentons d'un facteur 10 la taille de nos positions. Le marché du forex peut réagir de façon très violente à une annonce d'un indicateur économique ou au discours d'une banque centrale ou d'un politique. Malgré une volatilité faible le marché peut décrocher ou s'envoler de plusieurs pourcents en quelques minutes. Même si vous avez placé des stops de protection, dans ces moments la liquidité à tendance à se rétracter et le stop risque d'être exécuté à un prix éloigné de ce que l'on avait prévu, ça s'appelle le slippage. Dans ce cas une position trop importante mettra en danger le portefeuille.


Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter