La Loi Française nous interdit de vous présenter le contenu de cette page

Votre adresse IP semble indiquer que vous vous connectez depuis la France

La Loi Sapin II a donné à l'AMF le pouvoir de bannir la publicité de certains produits financiers spéculatifs.

Dans une publication du 10 Janvier 2017, l'AMF a fixé la liste des produits interdits :

  • Les options binaires ;
  • Les CFD (contract for difference) ;
  • Les contrats financiers sur devises.

Si vous souhaitez quand même afficher le contenu de cette page vous pouvez changer de pays.

D'un côté, même si cette loi nous coupe d'une très grande partie de nos revenus, nous pensons qu'elle va dans le bon sens pour protéger les épargnants. D'un autre côté elle ne pourra pas grand chose contre les publicités de brokers non régulés affichés sur des sites gérés par des sociétés étrangères. Nous ne pouvons plus vous aider à choisir des brokers qui nous semblent sérieux.

Nous pensons qu'il aurait été mieux de réguler les brokers en limitant les effets de levier, en leur imposant un capital propre minimum ou en leur imposant de protéger leurs clients contre des pertes qui peuvent dépasser leur dépot.

Dura lex, sed lex

Soyez prudents !

Extrait du communiqué de presse de l'AMF

La publicité sur internet représente le mode de recrutement massif des particuliers : cette mesure marque une étape essentielle en matière de protection des épargnants en France. Parallèlement, l’AMF entend poursuivre l’ensemble de ses initiatives pour lutter contre ce phénomène :

  • Veille et publication des listes noires des sites Forex et options binaires non autorisés ;
  • Accueil téléphonique pour les épargnants à travers la plateforme Epargne Info Services (01 53 45 62 00) ;
  • Actions en justice pour obtenir le blocage de l’accès aux sites illégaux ;
  • Investigations auprès d’entités agréées et de sites non régulés ;
  • Actions auprès du régulateur chypriote pour développer les contrôles et sanctions des sociétés agréées dans cet Etat ;
  • Activation de l’article 62 de la directive MIF(3) pour interdire l’exercice en France de sites agréés dans l’Union européenne mais ne respectant pas la législation applicable.

Enfin, convaincue que la prévention et la communication demeurent les modes les plus efficaces pour protéger les particuliers, l’AMF rappelle : la promesse d’un gain facile et sans risque est un leurre absolu

Lien vers la source