Privatisation

Une opération de privatisation est la vente par un Etat d'actifs publics (privatisation partielle ou totale d'une entreprise publique) à des investisseurs privés via une procédure d'offre publique de vente.

Les gouvernements de nombreux pays, en premier lieu et à grande échelle la Grande-Bretagne et la France, mais aussi le Japon à travers des procédures spécifiques, ont réalisé de nombreuses privatisations d'entreprises publiques depuis le milieu des années 1980.

Les pays de l'ancien bloc soviétique ont de même été amenés à réaliser des privatisations rapides dans l'immédiate suite de la chute du mur de Berlin et face à la cessation naturelle des monopoles d'Etat dans tous les secteurs de l'activité économique de ces pays.

 

Dans les pays dits « occidentaux », les choix ayant conduit et conduisant les gouvernements de toutes tendances politiques à réaliser des privatisations d'entreprises publiques ont deux origines principales : à partir des années 1980 se sont tout d'abord multipliées, sous l'égide de l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) et de l'Union Européenne notamment, les règles internationales visant à éviter toute concurrence déloyale, dans la logique aussi bien idéologique que pragmatique du développement de la mondialisation et de la libéralisation des marchés de biens et services au profit théorique des consommateurs (les prix des biens et services baissant théoriquement en situation de plus grande concurrence).

Certains gouvernements se sont ainsi vus contraints, compte tenu de leurs engagements juridiques précédents, d'abandonner des monopoles d'Etat ou de cesser de subventionner les entreprises de tel ou tel secteur, notamment à la suite d'injonctions de la Commission européenne.

La deuxième grande cause expliquant les choix politiques de privatiser des entreprises publiques est liée à l'objectif, fruit d'une apparente nécessité, de dégager de nouvelles ressources financières pour alimenter des budgets de l'Etat reposant bien souvent sur des dettes importantes.

 

Les premières privatisations d'envergure réalisées en France sous le gouvernement de M. Chirac de 1986 à 1988 (CGE, Paribas, Société Générale, Saint-Gobain, TF1, etc.)  le furent cependant dans une logique purement idéologique, en réaction notamment aux nationalisations réalisées également dans une logique idéologique et quelques années plus tôt sous la présidence de M. Mitterand.

Les gouvernements de MM. Rocard, Balladur, Juppé, Jospin, Raffarin, Villepin, etc., menèrent cependant tous des politiques plus ou moins actives de privatisations d'entreprises publiques.

En Grande-Bretagne, la cause principale d'un accident ferroviaire tragique survenu en 2000 fut attribuée par de nombreux commentateurs aux conséquences de désorganisation technique qu'aurait eue la privatisation de British Rail decidée quelques années plus tôt (1993).

Il ne semble enfin pas absolument prouvé, loin de là, que l'ouverture de tous les marchés de biens et services à une concurrence « pure et parfaite » profite réellement et automatiquement aux consommateurs.

 

Plus d'information sur le même thème

  Se connecter