Toutes les cotations

price high low   %
Dow Jones 27245 27544 26723 -0.18 %
S&P500 3147 3183 3093 -0.19 %
Nasdaq 100 8934 9034 8707 0.17 %
Euro Stoxx 50 3550 3596 3465 0.71 %
FTSE 100 7000 7050 6871 0.95 %
CAC40 5641 5707 5522 0.63 %
DAX 12677 12850 12368 0.39 %
Hong Kong HSI 26726 26848 26370 1.28 %
Nikkei 225 22320 22518 22013 -0.08 %

Cours de la bourse en direct

Dow Jones 27257 -0.14%
S&P500 3149 -0.13%
Nasdaq 100 8938 0.21%
FTSE 100 7002 0.97%
CAC40 5643 0.66%
Nikkei 225 22331 -0.03%
Euro Stoxx 50 3550 0.71%
DAX 12680 0.42%

Formation bourse

Histoire des principaux krachs boursiers

L'histoire des principaux krachs boursiers est proposée dans la rubrique dossier formation bourse de Trader-Finance.fr.

La Bourse se porte mieux quand les taux d'intérêt sont bas

Retour sur les relations entre taux d'intérêt et marchés financiers. Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Crise grecque et marchés financiers...

Retour sur la crise grecque et comprendre l'enchaînement des épisodes... Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Les dernières actualités

Ipsos Résultats annuels 2019 : une année dynamique
PHARMAGEST INTERACTIVE : aXigate retenu par la centrale d’achat du RESAH
NAV CANADA annonce l’entente de principe avec l’ACAF
Fnac Darty : résultats annuels 2019
Lacroix Group : agenda financier 2020.
CHIFFRE D’AFFAIRES ET RÉSULTATS SEMESTRIELS 2019-2020
RAMSAY SANTE : résultats semestriels à fin décembre 2019
RAMSAY SANTE : Mise à disposition du rapport financier semestriel à fin décembre 2019
Les leaders de l’immobilier adoptent Wiztrust pour certifier leur information
Communiqué du 26 février 2020
Indspire Annonce la Création du Programme de Recherche Indspire Research Knowledge Nest
L’avion Challenger 350 de Bombardier arrive au premier rang des livraisons d’avions d’affaires superintermédiaires dans le monde pour la sixième année consécutive
NAV CANADA signe une entente stratégique avec Unifly
Futurpreneur Canada devient partenaire de l’Association nationale des sociétés autochtones de financement (ANSAF) en vue de soutenir les jeunes entrepreneurs autochtones
TELUS annonce la clôture de l’émission d’actions de 1,5 milliard de dollars canadiens
Marché Goodfood réalise son placement précédemment annoncé de débentures convertibles d’un capital de 30 millions de dollars
Tourisme Montreal reconduit son partenariat avec l'agence lg2
Avis au média - Communauto et la Ville de Montréal font le point sur les avancées de la voiture en libre-service à Montréal
LG annonce le lancement du V60 ThinQ 5G doté de l'écran dual screen[MC] de LG, conçu pour un avenir véritablement mobile
L'Organisation canadienne des fournisseurs de comptes prépayés (OCFCP) annonce la nomination d'une nouvelle présidente du conseil d'administration et l'ajout de six nouveaux membres
mercredi, 26 février 2020, 18:13

Ipsos Résultats annuels 2019 : une année dynamique

Ipsos en 2019 : une année dynamique
Chiffre d’affaires 2019 : 2 003,3 millions d’euros
Croissance organique : +3,8%
Dont T4 : +5,6%

Paris, 26 février 2020 – Le chiffre d’affaires d’Ipsos en 2019 s’est établi au-delà de 2 milliards d’euros, en croissance de 14,5% par comparaison avec l’exercice 2018.
2019 est la première année où le chiffre d’affaires d’Ipsos dépasse la barre des  2 milliards d’euros, dix ans après que la barrière du milliard d’euros eût été franchie en 2010.

En 2019, la croissance d’Ipsos est la résultante de bonnes performances opérationnelles, avec une progression organique - à périmètres et taux de change constants - de 3,8%, soit le meilleur score annuel depuis 2011, et aussi d’effets de périmètres (+8,6%) liés à l’acquisition dans les derniers mois de 2018 de GfK Research et de Synthesio. Enfin, les effets de change sont positifs pour 2,3%.

Au quatrième trimestre de 2019, ces mêmes éléments expliquent également, quoi qu’avec des pondérations différentes, le niveau du chiffre d’affaires. Il franchit, c’est aussi un record pour un trimestre, la barre des 600 millions d’euros, en progression de 12,1% par comparaison avec l’activité du quatrième trimestre de l’exercice 2018, soit 535,6 millions d’euros.
La croissance organique au quatrième trimestre 2019 s’établit à 5,6%, presque deux fois plus forte qu’au cours des trois trimestres précédents. Les effets de périmètre s’élèvent à 3,7%, beaucoup moins que pour l’ensemble de l’année, puisque GfK Research a été intégré dans les comptes d’Ipsos en octobre 2018 et Synthesio un mois plus tard. Seuls les effets de change ont enregistré des progressions trimestrielles et annuelles voisines, respectivement de 2,2% et 2,3%.

L’excellent quatrième trimestre 2019 est un effet positif de la mise en place du projet « Total Understanding » à partir du 1er juillet et jusqu’au 31 décembre 2018.

Grâce à cette nouvelle organisation, Ipsos est davantage en capacité de satisfaire le besoin de très nombreuses entreprises et institutions publiques ou privées, de disposer d’informations fiables, claires, utilisables, génératrices d’avantages concurrentiels ou, en tout cas, de meilleures décisions. Le marché d’Ipsos est actif, en croissance et comme beaucoup d’autres marchés, il évolue vers une demande d’usages concrets et précis.

ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR AUDIENCE

En millions d’euros 2019 Contribution Croissance totale
2019 / 2018
Croissance organique
Consommateurs1 944,4 47% 8,5% 2,5%
Clients et salariés2 485,8 24% 18,1% 4%
Citoyens3 259,8 13% 28,8% 7%
Médecins et patients4 313,2 16% 17,7% 5%
Chiffre d’affaires annuel 2 003,3 100% 14,5% 3,8%

Répartition des Lignes de Service par segment d’audience :
1- Brand Health, Clinics & Mobility Labs, Creative Excellence, Innovation, Ipsos UU, Ipsos MMA, Market Strategy & Understanding, Observer, Social Intelligence Analytics (hors Pharma et Secteur public)
2- Customer Experience, Market Measurement, Mystery Shopping, Quality Measurement, Retail Performance, ERM, Audience measurement, Media development
3- Public Affairs, Corporate Reputation
4- Pharma (quantitative et qualitative)

La dynamique d’Ipsos vaut pour toutes les audiences auxquelles il s’intéresse, qu’il s’agisse des consommateurs, des clients et salariés, des citoyens ou encore des patients et médecins.

ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR RÉGION

En millions d’euros 2019 Contribution Croissance totale
2019 / 2018
Croissance organique
EMEA 859,6 43% 12,9% 2%
Amériques 769,9 38% 17,8% 4%
Asie-Pacifique 373,7 19% 11,7% 7%
Chiffre d’affaires annuel 2 003,3 100% 14,5% 3,8%

Cette dynamique se manifeste également dans toutes les régions, même si l’Asie-Pacifique conserve sa première place, avec une croissance organique de 7%, très supérieure à celle des Amériques (+4%) ou de l’ensemble Europe / Moyen-Orient / Afrique (+2%).
L’activité d’Ipsos a été tout particulièrement soutenue dans des marchés importants tels que les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, la France, la Russie, la Turquie et l’Inde. Ces performances, au-delà de la moyenne, ne sont toutefois pas seulement l’apanage des grands marchés. Les équipes d’Ipsos ont aussi progressé en Europe de l’est et en Asie du nord et du sud-est. Certains pays en Europe de l’ouest mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique ont évolué moins vite et moins fort que la moyenne de la compagnie. A charge pour eux de faire mieux dès 2020.

PERFORMANCE FINANCIERE

Compte de résultat résumé

En millions d’euros 2019 2018 Variation
2019 / 2018
Chiffre d’affaires 2 003,3 1 749,5 14,5%
Marge brute 1 288,5 1 138,4 13,2%
Marge brute / CA 64,3% 65,1% -
Marge opérationnelle 198,7 172,4 15,2%
Marge opérationnelle / CA 9,9% 9,9% -
Autres produits et charges non courants / récurrents (16,4) (5,3) -
Charges de financement (26,6) (21,3) 25,2%
Impôts (36,9) (38,5) -4.2%
Résultat net, part du Groupe 104,8 107,5 -2.5%
Résultat net ajusté*, part du Groupe 129,5 125,2 3,4%

*Le résultat net ajusté est calculé avant (i) les éléments non monétaires liés à l’IFRS 2 (rémunération en actions), (ii)avant l’amortissement des incorporels liés aux acquisitions (relations clients), (iii) l’impact net d’impôts des autres charges et produits non courants, (iv) impacts non monétaires sur variations de puts en autres charges et produits financiers et (v) avant les impôts différés passifs relatifs aux goodwills dont l’amortissement est déductible dans certains pays

Application de nouvelles normes comptables

  1. IFRS 16

Ipsos a appliqué IFRS 16 au 1er janvier 2019 et a choisi la méthode rétrospective simplifiée modifiée, avec comptabilisation des impacts de la première application dans les capitaux propres à la date de transition et avec calcul du droit d’utilisation depuis l’origine. L’impact sur les capitaux propres d’ouverture est de (9.6) M€ ; le droit d’utilisation comptabilisé au 1er janvier 2019 est de 157 M€ et la dette locative de 179 M€.
En ce qui concerne le compte de résultat, l’application d’IFRS16 a eu un impact positif sur la marge opérationnelle de 5,1 M€ et un impact négatif de même montant dans le résultat financier. Le résultat net n’a donc pas été impacté.

  1. IFRIC 23

L’interprétation IFRIC 23 n’a pas eu d’autre impact sur les comptes d’Ipsos que le reclassement d’une provision fiscale de 0.3 M€ en dette fiscale exigible au bilan.

Effets de l’acquisition de GfK Research

Ipsos a finalisé l'acquisition des quatre divisions globales de solutions d'études personnalisées de GfK : « Customer Experience » ; « Experience Innovation » ; « Health » et « Public Affairs », pour une valeur d'entreprise de 105 millions d'euros en octobre 2018. Compte tenu de la structuration de cette opération et en raison de la période de transition nécessaire à la continuité et à la qualité des données livrées aux clients, le chiffre d’affaires enregistré par Ipsos a été de 30 millions d’euros en 2018 ; il est de 175 millions d’euros en 2019 et devrait être de l’ordre de 200 millions d’euros en année pleine en 2020. La rentabilité de ces divisions était inférieure à la moyenne du groupe Ipsos en 2018 et 2019 et devrait la rejoindre à l’horizon 2020.

Postes du compte de résultat

La marge brute (qui se calcule en retranchant du chiffre d'affaires des coûts directs variables et externes liés à l'exécution des contrats) s'établit à 64,3 % contre 65,1 % en 2018. La baisse du ratio de marge brute est à relier à un mix moins favorable compte tenu notamment de l’intégration des quatre divisions de GfK Research ayant des marges brutes plus faibles que la moyenne du groupe en raison d’activités ayant par nature des modes de collecte à plus faibles marges brutes. Sans cette évolution de périmètre, le ratio de marge brute aurait été stable à 65,3%.

En ce qui concerne les coûts d'exploitation, la masse salariale est en hausse de 14,5 % dont 9% sous l’effet des acquisitions.
Le coût des rémunérations variables en action est en légère baisse à 6,9 millions d’euros contre 8,9 millions d'euros en 2018, en raison de l’allongement de deux à trois ans de la période d’acquisition des plans d’actions gratuites, décidé en 2018 et qui a eu un effet positif en 2019.

Les frais généraux sont contrôlés et augmentent de 5,5 % alors que le chiffre d’affaires progresse plus rapidement.

Au total, la marge opérationnelle du Groupe s'établit à 198,7 millions d'euros, soit un taux de 9,9 % rapporté au chiffre d'affaires et une stabilité par rapport au niveau enregistré en 2018, en raison principalement des effets des acquisitions.  A périmètre constant, la marge opérationnelle aurait été de 10,3%.

En dessous de la marge opérationnelle, les dotations aux amortissements des incorporels liés aux acquisitions concernent la partie des écarts d'acquisition affectée aux relations clients au cours des 12 mois suivant la date d'acquisition et faisaient l'objet d'un amortissement au compte de résultat selon les normes IFRS sur plusieurs années. Cette dotation s'élève à 5,2 millions d'euros contre 4,4 millions précédemment.

Le solde du poste autres charges et produits non courants et non récurrents s'établit à -7,3 millions d'euros contre +4,9 millions d'euros l'an dernier. Il prend en compte des éléments à caractère inhabituel non liés à l'exploitation.
En 2019, il inclut des coûts d'acquisition pour 2,4 millions d’euros ainsi que des coûts liés aux plans de restructuration en cours pour 24,6 millions d’euros, dont le niveau supérieur aux années précédentes est à relier notamment à la fin de la mise en œuvre du programme TUP et à l’intégration de GfK Research.

Ce poste enregistre aussi un produit net de 11,8 millions d'euros lié à la décision d’activer depuis le janvier 2018 les coûts internes de développement (ce produit net était de 14,8 millions d’euros en 2018). Il est rappelé que jusque-là, le Groupe n’activait que ses coûts de développement externes lorsque les conditions définies dans ses méthodes comptables étaient réunies. Suite à l’amélioration de son système de suivi interne, Ipsos a pu activer selon ces mêmes conditions ses coûts de développement internes qui sont constitués des charges de personnel de ses équipes travaillant sur ses plateformes et projets. Cette décision a permis une meilleure appréhension des coûts totaux des efforts de Recherche & Développement entrepris par Ipsos. Elle a entrainé un changement d’estimation comptable des montants qui sont à présent activés. Conformément à la règle IAS8, la méthode prospective a été appliquée à compter du 1er janvier 2018 pour comptabiliser ces impacts dans le compte de résultat.
Afin de ne pas créer de distorsion dans la lecture de la marge opérationnelle du fait de la reconnaissance d’un produit de capitalisation non compensé par des amortissements au cours des premiers exercices de mise en œuvre de ce changement d’estimations comptables, les effets positifs sur le résultat opérationnel de cette première période de reconnaissance d’actifs incorporels ont été classés dans le poste « autres charges et produits non courants et non récurrents », en dessous de la marge opérationnelle. Il avait été décidé en 2018 que le même traitement serait appliqué sur les quatre exercices suivants, avec un effet positif sur le compte de résultat qui diminuerait chaque année, jusqu’au moment où la mise en œuvre de la capitalisation atteindrait sa vitesse de croisière, en 2022, compte tenu d’une durée d’amortissement générale de cinq ans pour ce type d’actifs.

Les charges de financement. La charge d'intérêts nette s'élève à 26,6 millions d'euros contre 21,3 millions d'euros, en raison de la hausse de l’endettement financier à partir d’octobre 2018 en relation avec le financement des acquisitions réalisées de GfK Research et Synthesio.
Impôts. Le taux effectif d'imposition au compte de résultat en norme IFRS s'établit à 25,9 % contre 26,2 % l'année passée. Il intègre une charge d'impôts différés passifs de 2,3 millions d'euros qui vient annuler l'économie d'impôts réalisée grâce à la déductibilité fiscale des amortissements d'écarts d'acquisition dans certains pays, alors même que cette charge d'impôts différés ne serait due qu'en cas de cession des activités concernées (et qui est par conséquent retraitée dans le résultat net ajusté).

Le Résultat net, part du Groupe, s'établit à 104,8 millions d'euros contre 107,5 millions en 2018.

Le Résultat net ajusté, part du Groupe, qui est l'indicateur pertinent et constant utilisé pour la mesure de la performance, s'établit à 129,5 millions d'euros contre 125,2 millions d’euros en 2018, soit une hausse de 3,4%.

Structure financière

Flux de trésorerie. La capacité d'autofinancement s'établit à 266,4 millions d'euros contre 206,3 millions en 2018 du fait des écritures comptables requises par la norme IFRS16 qui comptent pour 44,7 millions d’euros. En contrepartie, les opérations de financement incorporent deux nouveaux postes : « remboursement net de dettes locatives » pour 40,2 millions d’euros et « intérêts nets payés sur obligations locatives » pour 4,5 millions d’euros, l’application de la norme IFRS 16 n’ayant aucune incidence sur la trésorerie au total.

Le besoin en fonds de roulement connait une variation négative de 52,7 millions d'euros en raison du retour à une bonne croissance du chiffre d’affaires, notamment au dernier trimestre 2019, impliquant une augmentation du poste créances clients (pour 75,6 millions d’euros).

Les investissements courants en immobilisations corporelles et incorporelles sont principalement constitués d'investissements informatiques et se sont élevés à 43,2 millions d’euros en 2019 contre 49,0 millions en 2018.

En ce qui concerne les investissements non courants, Ipsos a investi 22,9 millions d'euros sur l’année dans son programme d'acquisition, dépensant 5 millions d’euros en relation avec GfK Research, procédant au rachat de minoritaires dans une société américaine et prenant une participation minoritaire de 10% dans QuestBack, société développant une plateforme de gestion de la relation clients et employés (annoncé en février 2019).

A noter que les deux acquisitions annoncées en ce début d’année (Maritz Mystery Shopping et Askia) seront intégrées dans les comptes du groupe à compter du 1er février 2020.

Les capitaux propres s'établissent à 1 123 millions d'euros au 31 décembre 2019 contre 1 035 millions publiés au 31 décembre 2018.

Les dettes financières nettes s'élèvent à 578,4 millions d'euros au 31 décembre 2019 en légère hausse par rapport au 31 décembre 2018 (574,6 millions d’euros) car elles intègrent le financement des sommes investies dans le programme d’acquisition et le versement de 38,6 millions de dividendes en juillet 2019. Le ratio d’endettement net diminue à 51,5% contre 55,5% l’an dernier.

Position de liquidité. La trésorerie en fin d’année s'établit à 165,4 millions d'euros au 31 décembre 2019 contre 167,8 millions d'euros au 31 décembre 2018, assurant une bonne position de liquidité à Ipsos qui dispose par ailleurs d’environ 500 millions d'euros de lignes de crédit disponibles.

Il sera proposé à l'Assemblée générale des actionnaires du 28 mai 2020 une distribution de dividendes de 89 centimes par action au titre de l'exercice 2019, payable le 3 juillet 2020, soit une progression de 1,1 % et un taux de distribution voisin de 30 % rapporté à un résultat net ajusté par action de 2,95 euros.

PERSPECTIVES 2020

Tout au long de 2019, Ipsos a renforcé ses positions chez de nombreux clients, dans de nombreux marchés. L’excellente dynamique du 4ème trimestre 2019 en porte le témoignage et explique que le niveau du carnet de commandes à la fin de janvier 2020 était élevé.

Ceci dit, l’irruption du COVID-2019 au cours du mois de janvier 2020 en Chine, puis sa présence à partir du début de février dans d’autres pays d’Asie mais aussi d’Europe et d’Afrique soulève plusieurs questions sur l’activité en 2020.
Il n’est pas possible à ce stade de faire des prévisions fiables puisque l’enchainement des événements est incertain. C’est vrai pour les marchés, les clients d’Ipsos et Ipsos lui-même. Qui aurait dit, il y a encore une semaine, que beaucoup d’usines et de bureaux rouvriraient au moins en partie en Chine alors que les universités, écoles et autres lieux publics fermeraient à Milan pour une durée indéterminée ?
D’autres marchés seront sans doute affectés par l’épidémie. Il est évidemment impossible d’en dresser une liste exhaustive et complète. Il est par contre vraisemblable que, dans chaque pays où s’impose l’établissement ne serait-ce que pendant quelques jours ou quelques semaines d’une forme sévère ou atténuée de quarantaine, l’activité économique sera ralentie, les besoins d’information prioritaires seront réévalués et les programmes d’investissement décalés. Certaines entreprises pourraient rencontrer des difficultés temporaires compte-tenu du poids de la Chine et d’autres pays affectés dans leur activité totale.

Il est toutefois possible de poser quelques faits et d’avancer quelques hypothèses. Ipsos sera impacté en Chine, un peu ou davantage selon la durée de l’épidémie et cela pourrait être au moins dans les six premiers mois de 2020. La compagnie y occupe en effet une place importante et, en 2019, le marché chinois a représenté 7,5% de son chiffre d’affaires. De plus, et ceci de façon très concrète, tout n’est pas possible dans une période comme celle-là, il devient par exemple difficile d’interroger ou même d’observer les gens en face à face.
Ipsos a déjà pris, notamment en Chine et en Asie, des mesures de réduction de ses coûts et d’activation de services innovants adaptés au contexte actuel, de sorte que même si la situation devait se prolonger au-delà des quelques prochaines semaines, la société renforce ses positions.
A contrario, les contenus d’échanges sur les réseaux sociaux s’enrichissent, les analyses des données comportementales deviennent des sources irremplaçables de compréhension des personnes. Les services d’accompagnement des entreprises et des institutions dans leur effort de réflexion et d’ajustement de leur plan sont plus essentiels.

Plus généralement, Ipsos considère être en meilleure position que d’autres pour traverser cette crise qui n’a, chacun en conviendra, pas de précédent. Ipsos met à la disposition de ses clients une capacité réelle à travailler dans un marché et / ou dans le monde entier simultanément et quasi sans délai.

La compagnie compte toujours :

  • Améliorer sa performance opérationnelle en développant de nouveaux outils qui, à l’image d’Ipsos.Digital (solution Do It Yourself « DIY »), la plateforme automatisée qui permet aux clients eux-mêmes et aux équipes d’Ipsos de réaliser de nombreuses enquêtes à des coûts compétitifs. L’acquisition récente de la société de software « Askia » s’inscrit dans cette problématique.
  • Accroître l’efficacité et l’attrait des 75 services qu’il propose à ses clients depuis de très vastes et complexes programmes d’enquêtes auprès de segments identifiés de la population d’un pays ou d’une zone plus étendue, jusqu’à des interventions très pratiques et qualitatives destinées à aider les entreprises à améliorer le design et l’usage de leurs produits. Ipsos donnera, dans cet esprit, la priorité aux nouveaux services tels qu’ils ont été identifiés et formalisés dès 2015, et réactualisés chaque année depuis.
  • Intensifier le développement des solutions d’analyse de données et d’Intelligence Artificielle et ainsi, accélérer le processus d’optimisation, d’identification et d’’usage des data contenues dans les innombrables bases à la disposition de la compagnie et de ses clients.
  • Accélérer l’utilisation de multiples canaux d’informations qui permettent en définitive, seuls ou en combinaison, d’accomplir la promesse de « Total Understanding. » Aux mécanismes d’enquêtes classiques, Ipsos ajoute aujourd’hui l’utilisation de techniques d’observation et d’immersion de façon à être au plus près des gens dans leur vie de tous les jours. Il développe également les systèmes de mesures automatisées et passives des comportements sans que les gens aient à intervenir activement, mais aussi d’écoute et d’analyse de contenu des réseaux sociaux, y compris textes, images et vidéos.
  • Renforcer la qualité et la formation des équipes, mieux les faire collaborer, en créant les conditions pour que les services d’études et d’accompagnement, donc les « research » et les « advisory » services, travaillent ensemble pour mieux adresser les problématiques décisionnelles des entreprises et des institutions clientes.
  • Enfin, poursuivre avec ses milliers de clients le développement de relations actives, confiantes, adaptées. Ses équipes qui, au-delà de leurs capacités techniques et opérationnelles sont aujourd’hui, grâce à une bonne connaissance de leurs clients et de vraies habitudes de collaboration mieux placées que jamais pour diffuser des informations sûres, riches de contenu et les insights qui permettent d’agir avec rapidité et justesse. Ipsos a notamment réuni et déployé 250 professionnels de haut niveau dans une « organisation client » dédiée, apte à prendre en charge l’adaptation nécessaire et optimisée d’Ipsos de ses services, solutions et moyens à la réalité des besoins.

La raison d’être d’Ipsos récemment élaborée et adoptée par son Conseil d’Administration synthétise bien l’ambition de la société : « Délivrer des informations fiables qui apportent une vraie compréhension de la Société, des Marchés et des Individus. »

Au moment où beaucoup de plans, de projets, d’organisations sont en question, à l’instant où nous affrontons tous une crise épidémique d’une ampleur particulière, quand tout va devoir être reconsidéré, réévalué, repensé, Ipsos s’estime bien positionné grâce à ses ressources, son implantation géographique, ses équipes, ses expériences et ses solutions pour satisfaire les besoins d’information de ses clients.

Ipsos s’estime être en mesure à ce stade de préserver la réalisation de ses objectifs pour 2020 : 2% à 4% de croissance organique et une marge opérationnelle nettement supérieure à 10%, de sorte que l’objectif de 11% fin 2021 soit atteignable.

Evidemment, dans le contexte particulier dans lequel l’exercice 2020 a débuté, ces anticipations annuelles seront réévaluées et saisonnalisées au plus tard fin avril à l’occasion de la publication des résultats du premier trimestre 2020.

Annexes

  • Compte de résultat consolidé
  • État de la situation financière
  • État des flux de trésorerie consolidés

 

À PROPOS D’IPSOS

Ipsos est le troisième institut de sondage au monde, présent dans 90 marchés et comptant plus de 18 000 collaborateurs.

Nos chercheurs, analystes et scientifiques sont passionnément curieux et ont développé des capacités multi-spécialistes qui permettent de fournir des informations et des analyses poussées sur les actions, les opinions et les motivations des citoyens, des consommateurs, des patients, des clients et des employés. Nos 75 solutions s’appuient sur des données primaires provenant de nos enquêtes, de notre suivi des réseaux sociaux et de techniques qualitatives ou observationnelles.

Notre signature « Game Changers » résume bien notre ambition d’aider nos 5 000 clients à évoluer avec confiance dans un monde en rapide évolution.

Créé en France en 1975, Ipsos est coté à l’Euronext Paris depuis le 1er juillet 1999. L’entreprise fait partie des indices SPF 120 et Mid-60 et est éligible au service de règlement différé (SRD).
ISIN code FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP www.ipsos.com


 

Compte de résultat consolidé
Comptes annuels au 31 décembre 2019

en milliers d'euros 31/12/2019 31/12/2018
Chiffre d'affaires 2 003 255 1 749 494
Coûts directs (714 791) (611 119)
Marge brute 1 288 464 1 138 374
Charges de personnel - hors rémunération en actions (862 948) (753 464)
Charges de personnel - rémunération en actions* (6 924) (8 937)
Charges générales d'exploitation (1) (218 902) (207 477)
Autres charges et produits opérationnels (995) 3 922
Marge opérationnelle 198 696 172 418
Dotations aux amortissements des incorporels liés aux acquisitions * (5 160) (4 380)
Autres charges et produits non courants * (16 381) (5 273)
Quote-part dans les résultats des entreprises associées (615) 587
Résultat opérationnel 176 539 163 352
Charges de financement (26 637) (21 281)
Autres charges et produits financiers (1) (7 328) 4 980
Résultat net avant impôts 142 574 147 051
Impôts - hors impôts différés sur amortissement du goodwill (34 539) (37 078)
Impôts différés sur amortissement du goodwill * (2 339) (1 420)
Impôt sur les résultats (36 878) (38 498)
Résultat net 105 695 108 554
Dont part du Groupe 104 785 107 520
Dont part des minoritaires 910 1 033
Résultat net part du Groupe par action de base (en euros) 2,39 2,48
Résultat net part du Groupe par action dilué (en euros) 2,32 2,40
     
     
     
     
     
Résultat net ajusté * 130 719 126 810
Dont Part du Groupe 129 519 125 237
Dont Part des minoritaires 1 200 1 572
Résultat net ajusté, part du groupe par action 2,95 2,88
Résultat net ajusté dilué, part du groupe par action 2,87 2,80

 (1) L’application de la norme IFRS16 au 1er janvier 2019 a eu un impact de 5 450 milliers d’euros sur les charges générales d’exploitation et de (5 028) milliers d’euros sur les autres charges et produits financiers sur l’exercice 2019. L’impact sur le résultat net du groupe est de 373 milliers d’euros.

Etat de la situation financière
Comptes annuels au 31 décembre 2019

en milliers d'euros   31/12/2019 31/12/2018  
ACTIF        
Goodwills   1 322 906 1 291 077  
Droit d’utilisation de l’actif (1)   152 646 -  
Autres immobilisations incorporelles   89 076 82 001  
Immobilisations corporelles   39 753 37 890  
Participation dans les entreprises associées   1 114 2 892  
Autres actifs financiers non courants   44 766 35 021  
Impôts différés actifs   25 300 26 987  
Actifs non courants   1 675 561 1 475 868  
Clients et comptes rattachés   518 697 466 119  
Actifs sur contrats   203 094 168 822  
Impôts courants   14 833 16 905  
Autres actifs courants   92 846 78 831  
Instruments financiers dérivés   (1 094) 500  
Trésorerie et équivalents de trésorerie   165 436 167 834  
Actifs courants   993 812 899 011  
TOTAL ACTIF   2 669 372 2 374 878  
en milliers d'euros   31/12/2019 31/12/2018  
PASSIF        
Capital   11 109 11 109  
Primes d'émission   516 000 516 038  
Actions propres   (12 382) (22 723)  
Autres réserves   580 314 526 177  
Ecarts de conversion   (96 352) (121 475)  
Résultat net – part du groupe   104 785 107 520  
Capitaux propres - part du Groupe   1 103 475 1 016 646  
Intérêts minoritaires   19 247 18 314  
Capitaux propres   1 122 722 1 034 960  
Emprunts et autres passifs financiers non courants   561 490 729 180  
Dettes non courantes sur contrats de location (1)   133 112 -  
Provisions non courantes   762 4 678  
Provisions pour retraites   33 058 29 715  
Impôts différés passifs   72 196 70 934  
Autres passifs non courants   14 980 22 040  
Passifs non courants   815 599 856 547  
Fournisseurs et comptes rattachés   300 681 276 266  
Emprunts et autres passifs financiers courants   181 229 13 713  
Dettes courantes sur contrats de location(1)   41 971 -  
Impôts courants   16 273 12 153  
Provisions courantes   9 025 4 996  
Passifs sur contrats   34 594 30 199  
Autres passifs courants   147 278 146 045  
Passifs courants   731 051 483 372  
TOTAL PASSIF   2 669 372 2 374 878  

(1)L’application de la norme IFRS16 au 1er janvier 2019 a eu comme principal impact la comptabilisation au 31 décembre 2019 d’un droit d’utilisation net de 152 646 milliers d’euros, d’une dette sur contrats de location non courante de 133 112 milliers d’euros et d’une dette sur contrats de location courante de 41 971 milliers d’euros.

Etat des flux de trésorerie consolidés
Comptes annuels au 31 décembre 2019

en milliers d'euros 31/12/2019 31/12/2018
OPERATIONS D'EXPLOITATION    
RESULTAT NET 105 695 108 554
Eléments sans incidence sur la capacité d'autofinancement    
Amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles(1) 75 199 32 698
Résultat net des sociétés mises en équivalence, nets des dividendes reçus 636 (609)
Moins-value (plus-value) sur cessions d'actifs 323 (9 461)
Variation nette des provisions 5 889 4 074
Rémunération en actions 6 604 8 458
Autres produits et charges calculés 1 028 (1 106)
Frais d'acquisition de sociétés consolidées 2 383 3 930
Charge de financement(1) 31 750 21 281
Charge d'impôt 36 878 38 498
CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT AVANT CHARGES DE FINANCEMENT ET IMPOT (1) 266 386 206 317
Variation du besoin en fonds de roulement (52 676) 3 482
Impôts payés (35 854) (39 697)
FLUX DE TRESORERIE PROVENANT DE L'EXPLOITATION(1) 177 855 170 103
OPERATIONS D'INVESTISSEMENT    
Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles (43 232) (49 006)
Produits des cessions d'actifs corporels et incorporels 81 164
(Augmentation) / diminution d'immobilisations financières 3 187 5 216
Acquisitions de sociétés et d'activités consolidés nettes de trésorerie acquise (5 435) (152 479)
FLUX DE TRESORERIE AFFECTES AUX OPERATIONS D'INVESTISSEMENT (45 400) (196 105)
OPERATIONS DE FINANCEMENT    
Augmentation / (Réduction) de capital - -
(Achats) / Ventes nets d'actions propres 1 324 1 219
Augmentation des emprunts à long terme 62 603 286
Diminution des emprunts à long terme (5 160) (481 034)
Augmentation des prêts à long terme à des sociétés associées (12 284) -
Augmentation / (diminution) des découverts bancaires (1 467) 567
Remboursement net des dettes locatives(1) (40 231) -
Intérêts financiers nets payés (25 367) (18 385)
Intérêts nets payés sur obligations locatives(1) (4 508) -
Rachats de participations ne conférant pas le contrôle (10 935) (9 125)
Dividendes versés aux actionnaires de la société mère (38 649) (37 831)
Dividendes versés aux minoritaires des sociétés intégrées - (857)
FLUX DE TRESORERIE PROVENANT DES OPERATIONS DE FINANCEMENT(1) (137 215) 57 839
VARIATION NETTE DE LA TRESORERIE (4 760) 31 837
Incidence des variations des cours des devises sur la trésorerie (2 362) (1 269)
TRESORERIE A L'OUVERTURE 167 834 137 267
TRESORERIE A LA CLOTURE 165 436 167 834

(1)L’application de la norme IFRS16 au 1er janvier 2019 a eu pour principale conséquence d’augmenter les amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles de 39 348 milliers d’euros, d’augmenter la charge de financement de 5 113 milliers d’euros, et d’augmenter la capacité d’autofinancement avant charges de financement et impôt de 46 256 milliers d’euros ; les flux de trésorerie provenant des opérations de financement ont diminué de 44 739 milliers d’euros du fait de la comptabilisation de (40 231) milliers d’euros de remboursement net de dettes locatives et de (4 508) milliers d’euros d’intérêts net payés sur obligations locatives.

Etat des variations des capitaux propres consolidés
Comptes annuels au 31 décembre 2019

                   
            Capitaux propres    
en milliers d'euros Capital Primes d'émission Titres d'auto-contrôle Autres réserves Ecarts de conversion Attribuables aux actionnaires de la société Intérêts minoritaires Total  
Situation au 1er janvier 2018 11 109 516 130 (32 235) 569 719 (112 515) 949 208 17 290 966 498  
Impact de la première application d’IFRS 15 - - - (6 958) - (6 958) (41) (6 998)  
Variation de capital   - - - - - - -  
Distribution dividendes - - - (37 484) - (37 484) (857) (38 341)  
Effets des acquisitions et engagements de rachat des participations ne conférant pas le contrôle - - - 1 424 - 1 424 (296) 1 128  
 

Livraison d'actions propres concernant le plan d'attribution d'actions gratuites
- - 10 905 (10 905) - - - -  

Autres mouvements sur les actions propres
- (92) 1 607   - 1 515 - 1 515  

Rémunérations en actions constatées directement en capitaux propres
- - - 8 458 - 8 458 - 8 458  

Autres mouvements
- - - 1 089 - 1 089 449 1 537  
Transactions avec les actionnaires - (92) 12 512 (37 418) - (24 999) (704) (25 701)  
Résultat de l'exercice - - - 107 520 - 107 520 1 033 108 554  
Autres éléments du résultat global - - - - - - - -  
Investissements nets à l'étranger et couvertures  afférentes

- - - - (9 108) (9 108) (117) (9 225)  
Impôts différés sur investissements nets à l'étranger - - - - 1 650 1 650 - 1 650  
Variation des écarts de conversion - - - - (1 503) (1 503) 854 (649)  
Réévaluation du passif (de l’actif) net au titre des régimes à prestations définies

- - - 834 - 834 - 834  
Impôts différés sur gains et pertes actuariels - - - - - - - -  
Total des autres éléments du résultat global - - - 834 (8 961) (8 127) 736 (7 391)  
Résultat global - - - 108 354 (8 961) 99 393 1 769 101 163  
Situation au 31 Décembre 2018 11 109 516 038 (22 723) 633 697 (121 475) 1 016 646 18 314 1 034 960  
Situation au 1er janvier 2019 11 109 516 038 (22 723) 633 697 (121 475) 1 016 646 18 314 1 034 960  
IFRS16, changement de méthode comptable - - - (9 488) - (9 488) (44) (9 532)  
Variation de capital - - - - - - - -  
Distribution dividendes - - - (38 327) - (38 327) 0 (38 327)  
Effets des acquisitions et engagements de rachat des participations ne conférant pas le contrôle - - - 105 - 105 73 177  
 

Livraison d'actions propres concernant le plan d'attribution d'actions gratuites
- - 9 162 (9 162) - - - -  

Autres mouvements sur les actions propres
- (38) 1 179 181 - 1 322 - 1 322  

Rémunérations en actions constatées directement en capitaux propres
- - - 6 604 - 6 604 - 6 604  

Autres mouvements
- - - (1 970) - (1 970) (357) (2 327)  
Transactions avec les actionnaires - (38) 10 341 (42 569) - (32 266) (285) (32 551)  
Résultat de l'exercice - - - 104 785 - 104 785 911 105 695  
Autres éléments du résultat global - - - - - - - -  
Investissements nets à l'étranger et couvertures afférentes

- - - - 15 610 15 610 (69) 15 541  
Impôts différés sur investissements nets à l'étranger - - - - (4 267) (4 267) - (4 267)  
Variation des écarts de conversion - - - - 13 781 13 781 419 14 200  
Réévaluation du passif (de l’actif) net au titre des régimes à prestations définies

- - - (1 710) - (1 710) - (1 710)  
Impôts différés sur gains et pertes actuariels - - - 385 - 385 - 385  
Total des autres éléments du résultat global - - - (1 325) 25 124 23 799 350 24 149  
Résultat global - - - 103 460 25 124 128 584 1 261 129 844  
Situation au 31 Décembre 2019 11 109 516 000 (12 382) 685 100 (96 352) 1 103 475 19 247 1 122 722  


 

Pièce jointe