samedi, 4 juillet 2020

Pétrole

Négocié sous la forme de pétrole brut ou de produits raffinés, le pétrole s'échange chaque jour au comptant (marchés « spot ») ou sous la forme de contrats à terme (engagement d'acheter ou de vendre dans 3 mois, 6 mois, etc., une certaine quantité de pétrole à un prix fixé), ces contrats à termes (dits « barils-papier ») servant aux opérateurs à se couvrir contre les risques de variation des cours : dans l'éventualité d'une baisse des cours et pour un acheteur de produits réels se couvrant dans le même temps par une vente à terme, un perte sera réalisée à terme sur les produits réels, mais cette perte sera compensée par un gain sur les barils-papier (ceux-ci ayant été vendus plus chers à l'origine qu'à l'échéance du contrat).

La cotation du pétrole brut s'adosse à des bruts de références classés en fonction de leur qualité et de la plus ou moins grande facilité à en tirer des produits raffinés (gasoil, etc.) : Arabian Light , WTI (West Texas Intermediate), Dubaï Light , Brent (brut de la Mer du Nord). Les principaux marchés spot et à terme de pétrole brut sont le NYMEX (New York Mercantile Exchange) et l'IPE (International Petroleum Exchange) basé à Londres.

Les grands marchés spot de produits finis sont plus nombreux et sont localisés à proximité des grandes zones de raffinage.

Pour l'Europe, il s'agit de la zone ARA (Amsterdam/ Rotterdam/Anvers) et méditerranéenne (Gênes).

Les cours du pétrole sont fonction de facteurs naturels et économiques (probabilité d'épuisement des ressources à l'horizon 2050, réchauffement climatique conduisant à une baisse de la consommation, excédent ou déficit de l'offre par rapport à la demande), mais aussi géopolitiques : guerres (montée ou baisse des « réserves stratégiques » des pays impliqués), tensions diplomatiques, etc.

Après 5 années de hausse quasi-continue depuis 2002, hausse due en grande partie à une forte demande non anticipée venue du développement économique de la Chine, les cours du pétrole brut ont atteint le record historique de 150 $ le baril (1 baril = 158,9 litres) en juillet 2008.

Un véritable effondrement des cours a ensuite été observé dans le sillage de la baisse généralisée des marchés financiers et en particulier du krach de l'automne 2008, conjugué à un fléchissement de la demande mondiale.

Cours du Brent (IPE) au 12 janvier 2009 : 42,92 $.

Cours du WTI (NYMEX) au 12 janvier 2009 : 38,61 $.

 

Plus d'information sur le même thème

  Se connecter