vendredi, 26 mai 2017

L'informatisation des transactions : la cotation assistée en continu ...

De la Compagnie des Agents de Change (CAC)...

A la Bourse de Paris, jusqu'en 1987, la Compagnie des Agents de Change, une institution établie par une loi napoléonienne de 1801, jouissait d'un monopole sur les transactions, et ses membres, bénéficiant du statut d'officiers ministériels, se transmettaient héréditairement leur charge.

Au début des années 1980, le système de cotation électronique initié quelques années plus tôt sur le marché américain Nasdaq (National Association of Security Dealers Automated Quotations) ainsi que le système « Cats » mis en place sur la Bourse de Toronto, ou encore le SEAQ (Stock Exchange Automated Quotation) instauré à la Bourse de Londres en 1986 rendent ces places financières plus efficientes en termes de volumes négociés et de liquidité des titres.

Le marché français est au bord de l'implosion : les capitaux fuient à l'étranger, et des titres français se négocient parfois plus facilement à Londres qu'à Paris, 40 à 60 % des volumes des titres Elf Aquitaine s'échangeant par exemple à Londres au milieu des années 1980.

 

A la Cotation Assistée en Continu (CAC)

En 1986, le système canadien « Cats » sera quasiment adopté tel quel à la Bourse de Paris sous l'appellation « Cotation Assistée en Continu » (CAC), alors que les cotations se faisaient jusqu'à présent au fixing (avec trois fixing maximum chaque jour pour les titres les plus liquides). Le nouveau système est « dirigé par les ordres », confrontant sans cesse les offres de vente et les offres d'achat pour déterminer un prix d'équilibre (la cote) qui permet de maximiser le nombre d'ordres effectués.

« CAC » est également le nom de la Compagnie des Agents de Change qui disparaîtra de facto (et avec elle, le système des coteurs, des commis, des agents de change et du « parquet ») en 1988 pour devenir la SBF (Société des Bourses Françaises).

Les premières cotations électroniques, réalisées en France en juin 1986, ont été permises par la dématérialisation des titres qui était intervenue deux ans plus tôt, fin 1984.

Les actions et obligations n'étaient alors déjà plus que des inscriptions en compte (et non plus des morceaux de papier) gérées par un organisme central, la Sicovam (Société interprofessionnelle de compensation des valeurs mobilières).

Lorsque la SBF deviendra Euronext après s'être alliée aux sociétés gérant les Bourses d'Amsterdam et de Bruxelles, le CAC deviendra le NSC (Nouveau Système de Cotation) et Euroclear succédera à la Sicovam pour garantir les versements de fonds aux vendeurs de titres et la livraison des titres aux acheteurs.

 

Fin des « parquets »

Au milieu des années 1980, sur toutes les grandes places financières du monde, les transactions quittèrent leurs lieux historiques (à Paris, le parquet et sa « corbeille ») pour émigrer sur les terminaux de ceux qui lançaient les ordres (par exemple, les agences des établissements bancaires), des ordres directement transmis auxdites « sociétés de bourse », ces ex-charges d'agent de change.

La transparence devint enfin totale car l'information ne fut plus réservée aux seuls « coteurs », chaque ordre envoyé sur l'ordinateur central du CAC modifiant aussitôt le carnet d'ordres des valeurs négociables.

Longtemps les sociétés de bourse françaises purent cependant connaître l'origine des ordres passés auprès du système central CAC, ce qui leur permettait de surveiller leurs concurrents et d'en tirer éventuellement d'intéressantes informations.

L'anonymat complet fut imposé à tous les acteurs du marché français au printemps 2001.

Cours de la bourse en direct

Dow Jones 21083 0.04%
S&P500 2415 0.05%
Nasdaq 100 5793 0.16%
FTSE 100 7545 0.3%
CAC40 5340 0.05%
Nikkei 225 19728 -0.36%

Formation bourse

Déroulement d'une OPA en France

Comme se passe une OPA en bourse ? Tout savoir du fonctionnement de l'OPA. Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Métiers du Front Office

Tout savoir sur le front office... Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Décrypter un Carnet d'ordres en bourse

Comment bien lire un carnet d'ordres avant d'acheter des actions ? Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Testez les services et la plateforme de nos partenaires avec un compte de démonstration gratuit pendant 30 jours en vous inscrivant.

Il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi, assurez-vous de bien comprendre les risques.