Histoire de l'Assurance Vie en France

Assurance maritime et assurance-vie

Si l'origine de l'assurance est très ancienne (répartition des coûts engendrés par les vols et pillages de caravanes entre commerçants en Mésopotamie et en Egypte antique), c'est surtout l'assurance maritime qui se développe chez les Grecs et chez les Romains. Des prêts « à la grosse aventure » voient le jour : des marchands font appel à des banquiers pour financer leurs expéditions maritimes.

Ils n'avaient rien à rembourser si les navires faisaient naufrage, mais versaient d'importantes primes si les navires arrivaient à bon port. Très vite la somme d'argent en l'échange de laquelle la valeur d'un navire et de ses marchandises était garantie fut versée à l'avance.

La profession d'assureur maritime s'organisa en méditerranée à partir du 12ème siècle, la loi ne s'emparant de cette activité qu'au 17ème siècle en France, du fait de blocages principalement religieux. Selon le Code de la marine en vigueur sous Louis XIV (« Grande Ordonnance de la marine »), les assurances-décès sont considérées comme illicites, et plus précisément « contre les bonnes moeurs ».

Il semble en effet avéré que ces assurances font souhaiter la mort de ceux sur lesquels on les prend, en d'autres termes les assurés. On peut pourtant considérer que l'assurance-vie (sous la forme de l'assurance en cas de décès et non pas encore de l'assurance en cas de vie) s'est développée tout d'abord dans le domaine maritime, puisqu'il devint sans doute d'usage d'assurer des cargaisons d'esclaves comme autant de marchandises à transporter, avant que de grandes compagnies hollandaises et anglaises ne décident d'assurer les passagers des voyages maritimes eux-mêmes.

Tontines

En France la « Compagnie des assurances et grosses aventures » ne verra le jour qu'en 1686 et c'est également dans le courant du 17ème siècle qu'une forme d'assurance dont le mode opératoire est proche de la future assurance-vie verra le jour : le financier italien Lorenzo Tonti crée en 1652 avec l'appui de Mazarin des associations de personnes qui mettent en commun des fonds et qui sont constituées pour une certaine durée.

A l'issue de cette durée préalablement définie, l'association est dissoute et les fonds sont répartis entre les personnes survivantes : les premières « tontines » sont nées avant de devenir officiellement des tontines « royales ».

En 1770 par arrêt du Conseil du roi de France, elles sont transformées en rentes viagères à taux fixe. En 1787 est créée une « Compagnie royale d'assurance-vie », un édit de 1788 contraignant ladite « Compagnie d'assurances contre les incendies » préalablement fondée à se diviser en deux branches, l'une contre l'incendie, l'autre en tant qu'assurance-décès.

La révolution française freine ce mouvement, la loi Le Chapelier prohibant tout groupement ayant pour but la défense de « prétendus intérêts communs » et un décret d'août 1793 supprimant les compagnies qui pratiquaient des opérations d'assurance-vie.

Ce n'est ensuite qu'en 1818 que le Conseil d'Etat autorise officiellement par arrêt l'assurance sur la vie. Plusieurs sociétés sont créées et prospèrent rapidement : l'Union qui deviendra UAP puis AXA, la Royale qui deviendra Nationale puis le GAN, les Assurances Générales qui deviendront les AGF (Allianz).

L'assurance mutualiste se développe (avec autorisation de pratiquer toutes les formes d'assurance, y compris l'assurance-vie à la fin du 19ème siècle), les tontines conservent leur mode de fonctionnement. Elles sont réglementées par décrets en 1938 puis seront insérées dans le Code des assurances.

 

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter