Contract For Difference (CFD)

Institué par une Directive de l'Union européenne de 2004, le Contrat sur Différences (en anglais « Contract For Différence » – CFD) est un produit financier dérivé non coté sur les marchés financiers dont le principe juridique est celui d'un accord entre deux parties (acheteur et vendeur) qui stipule que le vendeur paiera à l'acheteur la différence entre le prix actuel d'un actif sous-jacent (actions, indices boursiers ou matières premières) et sa valeur à une date déterminée.

L'achat d'un CFD est donc un achat à découvert , l'investisseur pariant en général sur un scénario « haussier ».

En pratique et contrairement aux warrants , options et certificats (dont ils se rapprochent puisque les sous-jacents ne sont pas réellement acquis), les CFD n'ont pas d'échéance et leur acheteur solde sa position quand il le souhaite (par opposition à une vente à découvert dont le cadre légal est nécessairement, en France, celui du Service de Règlement Différé – SRD), position qui permet de bénéficier d'un effet de levier fixé contractuellement et à l'avance entre un investisseur et son intermédiaire financier.

L'effet de levier des CFD proposés par les intermédiaires financiers est très supérieur à celui des ventes à découvert du SRD et leur maniement est plus souple : pas de quotité exigée par la réglementation boursière (l'acheteur de CFD CAC40 peut par exemple acquérir une quantité de CFD équivalente à 1/10 e de la quantité de Future CAC40), « stop loss » déplaçable par l'investisseur (valeur limite à la baisse d'un sous-jacent, en dessous de laquelle l'intermédiaire financier solde une position).

La valeur des CFD, contrairement à celle des warrants et certificats, n'est pas influencée par les établissements bancaires (« teneurs de marché » des warrants et certificats) qui sont leurs émetteurs, car elle est directement corrélée au cours des sous-jacents.

 

Exemple  :

Un investisseur achète 400 CFD d'une action A cotée 12,50 euros à 9 h 00 (montant de l'investissement : 400 x 12,50 = 5000 euros). Si l'action A cote 12,72 euros à 12 h 00 et que l'investisseur décide de vendre ses 400 CFD, son gain s'élève à 88 euros (moins la commission de l'intermédiaire financier).

 

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter