dimanche, 5 juillet 2020

Le Day Trading pour gagner en bourse

Nous avons vu que l'investisseur traditionnel doit avoir un horizon de placement de 10 ans, au moins, afin d'encaisser sans douleur les nécessaires variations des marchés. Le principe consiste à acheter une valeur dont on espère qu'elle va monter dans les semaines, les mois ou les années à venir et à la garder le temps qu'il faut pour atteindre son objectif. Cela ne fonctionne que si les marchés sont durablement orientés à la hausse (on suppose que c'est le cas, bien que les dix dernières années boursières tendent plutôt à démontrer le contraire).

Certains investisseurs ont adopté d'autres méthodes de valorisation de leur portefeuille. Des méthodes qui profitent de l'informatisation totale de la bourse. Attention, ces méthodes ne sont pas une occupation à mi-temps, ni un passe-temps. Il s'agit d'un vrai métier, qui demande de l'attention pendant toute la durée de chaque séance, une grande connaissance des marchés financiers et surtout... des nerfs d'acier.

Attention aux désillusions !

Veillez, cependant, à ne pas vous faire d'illusion : les day-traders les plus présents sur Internet sont aussi ceux qui ont le plus d'intérêt à commercialiser leurs « méthodes ». Or, si ces méthodes fonctionnaient aussi bien, quel besoin auraient-ils de vous proposer de partager leurs secrets moyennant finances ?  

Internet regorge de témoignages de day-traders affirmant qu'ils gagnent bien leur vie. Pourtant, une étude du Trésor Américain a montré, il y a quelques années, que seulement un day-trader sur dix était vraiment gagnant sur la durée. Les 90% restants cessent toute activité après six mois, souvent après de grosses pertes financières. Et il n'y pas de raisons que les day-traders Français soient meilleurs que leurs homologues américains...

Le Day-trading connait cependant un succès croissant. Autant bien connaitre ses techniques. Elles peuvent être regroupées en trois « écoles » :

Le Day-Trading Classique

Cette méthode consiste à conclure une ou plusieurs transaction(s) boursières dans un temps qui peut aller de quelques minutes à quelques heures mais qui ne dépasse jamais la durée de la séance. Il faut donc avoir liquidé toutes ses positions avant le fixing de clôture pour finir la journée complètement « cash ». Cela permet de protéger le capital d'une ouverture défavorable des marchés le lendemain.

Le Scalping :

Cette variante du Day-Trading recherche à accumuler des très petits bénéfices sur quelques secondes voire quelques minutes en multipliant les opérations avec parfois 100 à 200 allers-retours dans la séance... Ce qui est recherché, ce sont les petits bénéfices cumulés, qui finissent par donner des gains intéressants en fin de séance, à condition que les opérations gagnantes soient plus nombreuses que les opérations perdantes.

Le Swing-Trading (ou l'Overnight-Trading) :

Le Swing-Trading consiste acheter des titres, généralement en pariant sur leur hausse, et en les conservant plus d'une séance, mais rarement au-delà d'une semaine. C'est la technique la plus risquée, car le titre acheté est exposé à un flux d'informations que ne maîtrise pas le trader. Risque plus élevé veut aussi dire gains (et pertes) élevés.

Le but du Day-Trading est de faire le maximum d'opérations rentables en un minimum de temps et de terminer la séance sur un bilan positif après avoir additionné les opérations gagnantes desquelles on soustrait les opérations perdantes ainsi que les frais liés aux transactions.

Le savez-vous : comment jouer les « Insiders » ?

Le site de l'AMF, l'autorité des marchés financiers, est une mine d'informations (vérifiées) sur l'état de la société et les derniers mouvements boursiers : un franchissement de seuil du capital par un actionnaire. Qui peut être un signal de vente (s'il s'en va après avoir été mis en minorité au conseil d'administration) ou d'achat (s'il s'agit d'un raider connu, comme Bolloré ou Guy Wyser-Pratte). Si c'est un mouvement d'un membre de la direction, c'est peut-être aussi l'indication d'un cours à son plus haut. Ces communiqués peuvent donner des informations que les américains qualifient d'infos « insiders » (d'initiés). Alors qu'elles sont tout simplement légales et publiques, même si elles ne sont lues que par les plus astucieux !

Plus d'information sur le même thème

  Se connecter