mardi, 29 septembre 2020

Alan Greenspan

Né le 6 mars 1926 à New York, Alan Greenspan fut Président de la Banque centrale des Etats-Unis - la Federal Reserve (FED), du 11 août 1987 au 31 janvier 2006.

Fils unique d'une mère commerçante divorcée d'un père agent de change qui dut subir le krach boursier de 1929 et lui dédia son livre « La croissance revient » (sic - 1935), Alan Greenspan obtint son master d'économie à la New York University en 1950 et se fit ensuite connaître de la communauté financière américaine à travers sa société de conseil fondée en 1954, la « Townsend-Greenspan Inc ».

Ayant auparavant entrepris une thèse dont il n'achèvera pas la rédaction, il n'obtint finalement son Doctorat en économie (Université Columbia) qu'en 1977, à la suite d'une reprise de ses travaux de recherche.

 

Engagé politiquement dans le camp républicain, il fut dès la fin des années 1960 conseiller économique des Présidents des Etats-Unis Richard Nixon puis Gerald Ford (de 1974 à 1977), puis soutint la campagne de Ronald Reagan en 1979.

Nommé par celui-ci à la tête de la Federal Reserve en août 1987, il sera ensuite reconduit dans ses fonctions à 4 reprises, y compris par le Président démocrate Bill Clinton, et enfin par le Président Georges W. Bush.

Alan Greenspan dut faire face au krach boursier de l'automne 1987 quelques mois seulement après sa nomination, et ses décisions de baisser énergiquement et rapidement les taux d'intérêt directeurs américains, conjuguées à un soutien sans faille (en termes de refinancement) aux banques qui se trouvèrent alors en difficulté, permirent aux bourses et à l'économie mondiales de surmonter rapidement cette crise financière.

Adepte de taux d'intérêt maintenus au plus bas dans un objectif de soutien à l'activité économique au cours des dix-sept années qui suivirent, Alan Greenspan et la Banque centrale américaine décidèrent cependant de relever à de multiples reprises les taux d'intérêt directeurs américains entre 2004 et 2006.

Cette politique monétaire eut pour conséquence l'arrêt de la hausse du marché de l'immobilier américain puis sa chute, et de nombreux analystes la rendent largement co-responsable de la crise des subprimes et en somme de l'ensemble de la crise financière des années 2007-2008.

Au plan économique et politique, Alan Greenspan s'est souvent défini lui-même comme un « libertarien », adepte d'un marché sans entrave au nom de la liberté individuelle.

 

Plus d'information sur le même thème

  Se connecter