Le Top 5 des gourous de la Finance

Le qualificatif de « gourou de la finance » est attribué par les médias à des investisseurs milliardaires renommés pour leurs « coups » historiques sur différentes marchés, mais aussi à certains auteurs qui, pour avoir à l'occasion rencontré un certain succès de librairie, ne sont pas nécessairement eux-mêmes les investisseurs les plus avisés ni les plus influents.

Nous nous en tenons ici aux quelques « historiques » dont les stratégies d'investissement ont fait leurs preuves sur le long terme du point de vue de leur fortune personnelle.

Warren Buffett

Après 40 ans de carrière et le prodigieux essor de sa société Berkshire Hathaway, on le sait féru de choix d'investissement fondés sur les résultats réels des entreprises, d'où la large orientation de ces choix vers la grande consommation (Coca-Cola, Wal-Mart, Procter & Gamble, etc.) ou encore les assurances.

Il est arrivé à ce « gourou » comme à d'autres de perdre de l'argent (Berkshire Hathaway montra un bilan déficitaire début 2009), ou encore de voir son patrimoine fondre en Bourse (dans la mesure où le fonds Berkshire est lui-même une société cotée), mais dans une optique de long terme, les choix opérés par W. Buffett ont fait leurs preuves. L'évolution « live » des prises de participation de W. Buffett est légalement publiée chaque trimestre par la SEC, l'autorité de marché américaine.

Georges Soros

Soros est devenu mondialement célèbre en 1992 à l'issue de son raid « contre » la livre sterling (vente à découvert de 10 milliards de GBP), dont il avait anticipé (et dont il provoqua) la sortie hors du système monétaire européen.

Même s'il a officiellement pris sa retraite en 2011 et transformé son fonds d'investissement en « family office » (ce qui modifie certainement les obligations de transparence des fonds gérés), certains éléments des choix stratégiques récents de Soros sont connus : plus-values réalisées sur l'or grâce à des prises de position massives en 2009-2010, prises de participation dans Apple, Google, Amazon, paris massifs sur la baisse du yen (JPY) en 2012, entrée au capital d'un club de football célèbre (Manchester United).

John Paulson

Rendu célèbre par ses gains tirés de spéculations à la baisse sur les subprimes en 2007-2008, John Paulson a également investi dans l'or en 2009-2010, et notamment dans le SPDR Gold Trust, le plus dynamique des trackers indexés sur les cours de l'once. On lui reproche d'avoir tiré profit, toujours en pariant à la baisse, de produits financiers indexés sur la dette souveraine grecque.

Carl Icahn

Autre milliardaire américain, Icahn a fait fortune sur les « junk bonds » des années 1980, mais il vie en réalité comme Buffett des dividendes dégagés par les sociétés dans lesquelles il possède des participations via son fonds, Blockbuster.

Le groupe de distribution et de raffinage pétrolier CVR Energy, détenu à 82 %, illustre cette stratégie fondamentale. On reproche parfois à  Icahn de faire pression (pour obtenir des dividendes ou pour modifier une stratégie) sur les sociétés dont il possède des parts de capital importantes, mais enfin, n'est-ce pas là la loi de la propriété ? Début 2013, son fonds Blockbuster semblait vouloir surenchérir dans le but de faire l'acquisition de l'équipementier informatique Dell.

Wilbur Ross

Ce financier maintient depuis toujours des investissements axés sur le secteur bancaire, et les difficultés de ce secteur, qui ont vu le cours des actions concernées chuter, n'ont pas mis un coup d'arrêt à cette stratégie, bien au contraire (en 2012, détention de 10 % de la société privée Bank of Ireland, et acquisition de 39 % de la société d'investissement britannique NBNK).

Plus d'information sur le même thème

Glossaire

  Se connecter