Les grandes dates qui ont créé le Forex

Jusqu'en 1914 : L'or est l'étalon ultime

Mais la guerre de 1914-1918 met en lumière les dangers des énormes dettes accumulées et les manipulations monétaires auxquelles se livrent les pays. Un contrôle des changes se met en place et beaucoup de monnaies abandonnent la convertibilité à l'or. Certains d'entre eux, comme l'Allemagne connaissent l'Hyperinflation, bouleversant l'équilibre des changes flottants.

1922 : La Conférence de Gènes consacre le Sterling

Les grands états acceptent de conditionner leur émission de monnaie à une contrepartie, une devise de référence convertibles en or. C'est la livre jusqu'en 1931, puis le dollar. Mais la spéculation et la bulle de crédit mènent au 24 octobre 1929. Ce "jeudi noir" de Wall Street entraîne une "Grande dépression" économique qui s'étend à tous les pays industrialisés. Les gouvernements renforcent le contrôle des changes et le franc abandonne la convertibilité en 1936

1944 : Le Dollar-Roi à Bretton Woods

Début juillet 1944, les Alliés décident que les pays doivent organiser la convertibilité de leur monnaie, par une parité en or ou en Dollar américain, considéré "As good as gold"... L'année suivante, le Fonds Monétaire international (FMI ou IMF) est créé, ainsi que la Bird, qui deviendra la Banque Mondiale.

1969 : Les DTS, nouvelle monnaie

En Octobre 1969, le FMI crée une supra-monnaie, les Droits de Tirage Spéciaux (DTS), qui sont constitués d'un panier de monnaies fortes.

1971 : Fin de la convertibilité de l'Or

Finalement le Dollar n'est peut-être pas "as good as gold". Etranglés par leurs déficits, les USA mettent fin à la convertibilité de leur monnaie en or. La grande glissade du dollar commence... En 1973, c'est la fin officielle des accords de Bretton Woods. Pour le Forex, l'année 1971 est officiellement celle de la naissance. Le marché des changes flottants permet d'organiser un marché de débit/crédit entre monnaies des grandes nations industrialisées, selon un cours déterminé par l'offres et la demande. Les cours de change ont connu une plus grande volatilité, ce qui a permis des prises de positions plus agressives.

1972 : Création du Serpent Monétaire Européen

Il permet un meilleur contrôle des fluctuations entre monnaie d'Europe en prévoyant des marges, variables selon la volatilité des différentes monnaies qui constituent alors l'Union européenne.

1976 : La Jamaïque invente nos Changes flottants

La glissade du dollar se poursuit. Les autres monnaies s'en détachent et créent un système de changes flottants, lors des Accords de la Jamaïque, en janvier 1976

1985 : Les Accords du Plaza

La glissade du dollar continue. Elle est entérinée aux Accords du Plaza et dure encore deux ans. Les Accords du Louvre tentent de réguler les marges de fluctuation. Mais l'accord fonctionne pendant huit mois avant de voler en éclat. C'est la dernière tentative d'un grand accord entre les grandes zones monétaires. Le dollar peut poursuivre tranquillement sa descente... L'avènement, vers le milieu des années 80, des premiers trading électroniques donne une nouvelle impulsion au Forex et permet les échanges sur des plages horaires accrues. Les ordres à distance, par téléphone, se multiplient. Enfin début 90, le Forex s'ouvre -encore timidement - aux particuliers disposant d'une surface financière suffisante.

1992 : le SME éclate

Le Système monétaire européen, créé en 1979, en remplacement du "Serpent" de 1972, est attaqué par la spéculation. La livre, la Lire, la Peseta, l'Escudo et la Punt irlandaise en font les frais.

1994-2001 : La crise des "petites" monnaies

En 1994, le Peso mexicain est attaqué, face à la dégradation de ses comptes extérieurs et la crise s'étend aux devises d'Amérique latine. En 1997, les Thaïlandais laissent flotter leur Baht. Il est attaqué et s'effondre, comme d'autres monnaies asiatiques (Ringgit, roupie, peso philippin, puis Won coréen et dollar taiwanais). En août 1998, les déficits russes entraînent une attaque contre le Rouble. Le pays se déclare en défaut de paiement. Trois ans plus tard, l'Argentine fait de même et fait craindre un risque "systémique"...

2007 : le Tsunami des Subprimes

Les Etats-Unis vendent depuis des années au monde entier des produits structurés à base de dette hypothécaire. Mais le risque a été -volontairement, on l'apprendra par la suite- minimisé. Lorsqu'éclate la bulle immobilière américaine, à partir de 2006, la multiplication des faillites personnelles entraîne la dévalorisation des portefeuilles obligataires surévalués des grandes institutions du monde entier. En 2008, Lehman Brothers, une méga banque, de celles qu'on considère "too big to fail" (trop grosse pour flancher) se déclare officiellement en faillite : c'est la panique. Les taux se tendent, les crédits s'interrompent et la crise s'étend au monde entier.

En 2013 : Bretton Woods, reviens!

Le système monétaire international, basé sur les changes flottants, semble arrivé à épuisement. Les banques centrales, en coordination plus ou moins forte avec les gouvernements de chacune des zones monétaires, se sont engagés dans une fuit en avant monétaire afin de soutenir des économies chancelantes. Les pays du sud, à la situation financière nettement plus favorable, voient d'un oeil inquiet ces "manipulations" et souhaitent le rétablissement d'une orthodoxie monétaire mondiale. Et, pourquoi pas, à un retour à un âge d'or, symbolisé par les accords de Bretton Woods. Des accords qui seraient sans doute très utiles au monde, mais qui signifieraient aussi, pour les adeptes du Forex, la fin d'un... "âge d'or".

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter