Etre Trader aujourd'hui

Aujourd'hui, en Europe, c'est Londres qui concentre les plus grandes salles de marchés, les desk les plus courus et les plus pointus. On y trouve des traders anglais, bien sûr, mais aussi beaucoup de Français, très appréciés pour leur niveau technique, des Allemands, des Polonais, des Italiens, bref, un concentré de l'Europe. La journée de ces traders ne diffère que de très peu de celle d'un trader particulier qui agirait pour compte propre et ferait de cette activité son activité principale. C'est pourquoi il est intéressant de voir comment fonctionne ce monde des traders des salles de marché. Plongée dans un univers encore secret…

Le réveil sonne tôt

Premier avertissement : le métier n'est pas fait pour les Lève-tard. Les Traders assistent généralement à leur premier morning meeting vers 7 heures. Ils doivent soit le préparer s'ils doivent le présenter, soit être suffisamment informé pour bien l'assimiler. Dans les deux cas, être Trader demande d'être capable d'ingurgiter un nombre considérable d'informations, faute de quoi il sera difficile de comprendre les réactions des marchés. Un tour complet de l'actualité, pas seulement économique (ou sportive!), est nécessaire avant de s'intéresser aux cours boursiers ou aux devises.

L'information (40% de l'activité du Trader) est en effet un des trois piliers du trader, avec l'intuition et la technique. L'information occupe l'essentiel de son temps et de son espace : entre 5 et 6 des 7 à 9 écrans qu'il a devant lui sont mobilisés par les fils d'actualités économiques et financières comme Reuters ou Bloomberg. L'essentiel de ces informations (une toutes les trois secondes en moyenne!) ne lui servira à rien : son travail, justement, c'est de savoir faire le tri (résultats d'entreprises, statistiques officielles, déclarations politiques ou financières).

Une veille continuelle

L'intuition est une autre composante de son temps. Elle découle de l'observation attentive du marché et occupe en moyenne 40% de son temps. Il doit détecter les changements qui le concernent ou ceux qui vont lui permettre d'initier un bon trade. Cours, mouvement, carnet d'ordre : tout va compter. C'est le travail de l'intuition, et cela occupe aussi 45% de son temps de travail. « Il faut être très résistants au stress, et être capable de prendre des décisions rapides en travaillant en équipe » explique Gaëlle Le Fol, directrice du master 203 de Paris-Dauphine.

La technique occupe les 15 à 20% restants de la journée du trader. Il doit remplir un «  pricer  », le nourrir des bonnes informations afin de pouvoir répondre avec précision à toute demande de prix par un client. C'est une part qui croit dans l'emploi du temps d'un trader, car cette fonction est devenue de plus en plus complexe.

Des traders mieux diplomés

La plupart des traders ont désormais une formation scientifique. Les Traders français sont issus d'écoles d'ingénieurs (Polytechnique, Centrale Paris, Ecole des Ponts ParisTech...) ou d'un master maths et statistiques, quelques-uns sont aussi sortis de HEC (Ecole des hautes études commerciales) de l'ESSEC (Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales) ou de l'EDHEC (Ecole des hautes études commerciales du Nord).

Les plus appréciés, en France (et à Londres), son passés par le master 203 - Financial Markets - de l'université Paris-Dauphine ou celui de probabilité et finance (surnommé master "El Karoui", du nom de l'enseignante qui l'a créé) à l'université Pierre-et-Marie-Curie de Paris. A Paris, il n'y a que 2500 traders.

Il y en a dix fois plus à Londres, comme on peut le constater sur le site des offres d'emploi pour Traders du site efinancials (http://jobs.efinancialcareers.co.uk).

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter