Les Chandelier Japonais

Les chandeliers japonais ou candlesticks n'ont pas véritablement de date de naissance et nous ne savons pas qui les a inventés.

Ils sont probablement le fruit d'un travail collectif et de développements successifs au fur et à mesure du temps. Dès le XVII éme siècle, les Japonais commencent déjà à utiliser l'analyse technique dans le commerce du riz.

Au XVIII éme siècle, un trader de légende, monsieur Munehisa Homma (né en 1724 à Sakata au Japon) devint un des hommes les plus riches du Japon en utilisant un système de représentation graphique des cours que l'on connaît sous le nom des chandeliers japonais. Monsieur Homma, surnommé le «dieu des marchés» était le fils d'une famille de riches négociants. Homma s'intéressait au prix de vente du riz.

Les prix du riz, étant très changeants, Homma mit au point un système lui permettant de connaître l'évolution du cours du riz.

Il plaça des hommes sur les toits de maison entre Sakata et Osaka (presque 500km), ces hommes l'informaient grâce à des drapeaux sur l'évolution des cours. Ce système lui permit rapidement de gagner d'importantes sommes d'argent qui lui permirent d'aller spéculer sur les prix du riz au Dojima Rice Exchange à Osaka. Il transforma son système en configuration graphique facile à interpréter. Les chandeliers étaient nés…

Lisez notre comparaison des brokers Forex.

Ce système permit à Homma d'aller spéculer à Edo (Tokyo de nos jours) et de se constituer une fortune si importante qu'il fut considéré comme l'homme le plus riche du Japon. Une légende dit qu'il fit un jour 100 opérations financières à la suite et qu'il n'en perdit aucune! Il reçut le titre de Samouraï quelques années avant sa mort en 1803, Homma laisse derrière lui 2 livres sur sa technique graphique: Sakata Senho et Soba Sani No Den.

C'est à partir des années 1990 que les traders redécouvrent les chandeliers japonais grâce à Steve Nison. Ils sont désormais utilisés par une large part des investisseurs dans le monde.

Ci-joint la représentation de chandeliers japonais. Le chandelier rouge représente un chandelier baissier (il est aussi souvent représenté en noir), le chandelier vert représente un chandelier haussier (il est aussi souvent représenté par un chandelier blanc).

 

Pour dessiner un chandelier japonais, il est nécessaire de connaître le cours d'ouverture, le cours de clôture, le plus haut ainsi que le plus bas.

Un chandelier est composé d'un corps (partie large) et généralement de deux ombres (ligne verticale située en dessus et en dessous du corps).

Un chandelier vert ou blanc signifie que la clôture a été faite en dessus du cours d'ouverture, à l'opposé, un chandelier rouge ou noir signifie que la clôture a été faite en dessous du cours d'ouverture.

Les chandeliers japonais constituent une représentation graphique permettant de visualiser des configurations techniques tels que le marteau, le doji, l'étoile filante, le pendu ainsi que de nombreuses autres configurations mettant en évidence des signaux d'entrée ou de sortie sur les marchés.

Avant d'étudier les diverses configurations techniques formées par les chandeliers japonais, étudions tout d'abord les différentes formes que peut prendre un chandelier.

Les chandeliers peuvent prendre la forme de «marubozu» (blanc ou noir - vert ou rouge) appelés aussi «long» (blanc ou noir – vert ou rouge). Ces chandeliers traduisent une forte pression acheteuse ou vendeuse. En effet, l'ouverture correspond au plus bas tandis que la clôture correspond au plus haut pour un marubozu vert et inversement pour un marubozu rouge:

Ils peuvent prendre la forme de «passants de ceinture haussier» qui indiquent une éventuelle future tendance haussière si les chandeliers sont situés dans une zone de prix plutôt basse:

de «passants de ceinture baissier» qui indiquent une éventuelle future tendance baissière si les chandeliers sont situés dans une zone de prix plutôt haute:

de «marteaux» annonciateurs d'un retournement à la hausse lorsqu'ils sont situés sur les points bas d'une tendance baissière. Ceux-ci mêmes sont appelés pendus lorsqu'ils sont situés sur les points hauts d'une tendance haussière, ils annoncent alors un fléchissement des cours à la baisse:

de «hautes vagues» qui peuvent être le signal d'un retournement de tendance:

de «marteaux inversés» qui peuvent annoncer un changement de tendance à la hausse lorsqu'ils sont situés dans un marché baissier. Situés sur les hauts d'une tendance haussière, ils sont nommés «étoiles filantes» et sont annonciateurs d'un fléchissement des cours:

de «dojis» qui traduisent une grande indécision des intervenants, un combat entre offreurs et demandeurs, entre acheteurs et vendeurs. Les dojis représentent des chandeliers qui nous montrent que la clôture a été faite au même niveau que l'ouverture, ils indiquent généralement un mouvement important des cours à venir.

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter