CAC 40 FR40

5122 -17 -0.34 %
Information
ouverture 5136
variation jour 5106 5151
variation hebdo 5065 5151
variation annuelle 4734 5489
semaine 0.31%
mois 0.74%
année 5.57%
mercredi, 23 août 2017

CAC 40

Défini avec la valeur de 1000 points au 31 décembre 1987, l'indice CAC 40 (qui doit son nom à l'ancienne « Compagnie des Agents de Change ») est le principal indice boursier de la place financière de Paris (NYSE Euronext Paris), les titres des 40 sociétés qui y sont listées représentant environ 70 % de la capitalisation boursière globale de la place.

L'indice vedette de la bourse de Paris est le CAC40 qui signifiait à sa création en 1987 « Compagnie des agents de change ».

Il est aujourd'hui l'acronyme de « Cotation Assistée en Continu » et donne donc, en continu, une idée de l'évolution du marché. Né à la mi-1987, il commencera à être calculé à partir du 31 décembre 1987 et prend en compte les 40 plus grandes entreprises françaises cotées à la bourse pour sa base de calcul. Il a été lancé le 15 juin 1988 à la bourse de Paris.

L'indice, ayant à l'origine une valeur de 1000 (base 1000), est censé refléter la tendance de la bourse. Les entreprises ont un poids plus ou moins importants dans l'indice en fonction de leur taille. En vingt ans, sa capitalisation boursière totale a été multipliée par 16, passant de l'équivalent de 56 milliards d'euros en décembre 1987 à 902 milliards d'euros au printemps 2012.

Dans le même temps, l'économie française dans son ensemble n'a pas connu la même progression : son PIB (Produit intérieur Brut), qui mesure la production totale réalisée en une année sur l'ensemble du pays, a seulement doublé. Ce qui correspond à un gain annuel de seulement 4%, à comparer au gain annuel (dividendes réinvestis) du CAC40, qui est de +8% par an. Mais cette belle progression du CAC40 n'a jamais ressemblé à, comme on dit, « un long fleuve tranquille ».

1987, un point de départ bien pratique

Le CAC est né alors que le marché était au plus bas. Juste après le krach d'octobre 1987. Ce qui était un point de départ plus flatteur pour afficher des progressions élevées. Il a connu une hausse continue pendant une dizaine d'années puis s'est brusquement emballé à l'approche de l'an 2000.

Le 4 septembre 2000, le CAC40 a même touché un sommet à 6922 points. Point jamais retrouvé depuis. Car aussitôt, la bulle Internet a explosé. Elle lui fera perdre presque 50% en quelques mois.

En 2003, la hausse a repris et l'a porté jusqu'en août 2007, date à laquelle a éclaté le krach boursier provoqué par l'éclatement des « subprimes », ces packages financiers constitués de prêts immobiliers de mauvaise qualité, que leurs souscripteurs ont été incapables de rembourser. Depuis, toutes les entreprises membres du CAC ont vu leur cours baisser de 15 à 40% !

Sur les 40 valeurs du CAC de 1987, seules 17 font encore partie de l'indice. Parmi les « sortantes », une dizaine ont disparu suite à des fusions acquisitions (Elf a été absorbé par Total, BNP et Paribas ont fusionné).

Une quinzaine sont sorties de l'indice, faute de satisfaire aux conditions d'éligibilité (capitalisation supérieure à un milliard d'euros, pourcentage suffisant du capital disponible en bourse...). C'est le cas de Chargeurs, d'Havas, de Thomson, du Club Med...

Le saviez-vous ?

La composition du CAC40 n'est pas laissée au hasard : elle est révisée deux fois par an par le comité scientifique de l'indice, émanation de Nyse Euronext, la société qui gère l'indice parisien. Elle veille, par exemple, à ce que le poids d'une valeur n'excède pas 15% du total de l'indice : c'est le cas de total, principale capitalisation parisienne. 

Le CAC 40 est un indice calculé par pondération des capitalisations boursières flottantes (c'est-à-dire prenant en compte les volumes des titres effectivement en circulation), et non pas des capitalisations boursières totales des sociétés listées. L'indice CAC 40 est bien sûr coté en continu (toutes les 15 secondes) et de nombreux produits financiers dérivés (trackers, notamment) y sont adossés. Le poids dans l'indice d'une valeur donnée a été plafonné à 15 % (le cas s'étant en particulier présenté pour Total SA en 2004, les titres de cette société comptant en avril 2011 pour environ 12 % dans le calcul du CAC 40).

Loin du plus haut historique de 6944 points atteint en septembre 2000 en pleine « bulle internet », l'indice CAC 40 affichait 4694 points en juin 2006, et une tendance haussière le conduisit jusqu'à la valeur maximale de 6168,15 points en mai 2007. La crise des subprimes se profile alors, une crise qui sera amplifiée tout au long de l'année 2008, et particulièrement à l'automne de cette même année.

Sur l'ensemble de l'année 2008, pire année de son histoire, la baisse du CAC 40 aura été de plus de 42 %. Un plus bas à 2534,45 points ayant été atteint en mars 2009, le CAC 40 repart ensuite à la hausse grâce à la hausse des valeurs des titres qui le composent, dépasse les 3500 points au printemps 2010, puis les 4000 points en janvier 2011. L'indice affiche une valeur proche des 4100 points à la fin du mois d'avril 2011.

Testez les services et la plateforme de nos partenaires avec un compte de démonstration gratuit pendant 30 jours en vous inscrivant.

Il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi, assurez-vous de bien comprendre les risques.