Bourse : Analyse Fondamentale ou Analyse Technique ?

L'analyse fondamentale

Pour anticiper sur les cours de Bourse des valeurs qui y sont cotées, l'analyse financière traditionnelle, encore appelée « analyse fondamentale », s'en tient aux données économiques générales et aux comptes publiés par les entreprises, ainsi qu'à leurs perspectives de croissance sur leurs marchés.

Dans cette approche rationnelle, les investisseurs et les analystes s'attachent à étudier l'ensemble des indicateurs économiques de conjoncture, ainsi que la communication financière des sociétés dont les titres attirent leur intérêt, le calcul d'un certain nombre de ratios de rentabilité et autres PER (Price Earning Ratio) et PEG (Price Earning Growth) venant compléter la batterie de ces analyses anticipant sur la valeur théorique des titres des entreprises cotées, ou plutôt sur une valeur des cours de Bourse qui dépendrait essentiellement des performances réelles des entreprises.

 

Les fondements de l'analyse technique (ou graphique)

Dès le XVIIe siècle cependant, avec la méthode dite des « chandeliers japonais » qui servit à prévoir l'évolution des cours du riz, il apparut que les cours de tous les titres et de toutes les valeurs échangées de façon organisée ne dépendaient pas exclusivement de nouveaux résultats ou d'informations relatives uniquement aux valeurs concernées.

Au début du XXe siècle, Charles Dow (co-créateur de la société Dow Jones) travailla sur les courbes des titres et quelques statistiques, dont il commença de tirer des probabilités. Dans les années 1930, un certain Ralph Elliot, comptable dans le Middle West, inventa pour sa part une nouvelle approche graphique de l'analyse des cours boursiers, en arrivant à la conclusion que les cours évoluent toujours dans une série de cinq vagues, trois à la hausse et deux à la baisse, puis inversement.

Du point de vue des analystes techniques, que l'on nomme en anglais des « chartistes », il suffit qu'un cours ait un historique pour qu'une analyse graphique de ses variations ainsi que le comportement de ces variations dans certaines circonstances puisse s'en déduire.

Contrairement à l'analyse fondamentale, l'analyse technique ne cherche pas à déterminer le prix que devrait atteindre une valeur si le marché était rationnel, mais elle se préoccupe des données réelles des échanges, présentes et passées, pour en tirer des tendances.

Ici la théorie des « marchés efficients », dont le message est schématiquement que les marchés ont toujours raison, ou plutôt qu'il est impossible de mieux prévoir les cours de Bourse que ne le font les marchés eux-mêmes, vient à l'appui de suppositions (et de pratiques réelles des investisseurs) dont le caractère empirique est patent.

En deçà de méthodes précises qui méritent d'être étudiées en détail, l'analyse technique s'appuie sur les historiques de cours ainsi que sur leurs variations journalières (haut, bas, volumes, cours d'ouverture et de clôture) en essayant toujours d'isoler phases de hausse et phases de baisse. Il n'y a pas nécessairement opposition entre analyse fondamentale et analyse technique.

L'analyse technique et l'analyse fondamentale se complètent et de nombreux gestionnaires les utilisent conjointement.

Plus d'information sur le même thème

  Se connecter