vendredi, 20 octobre 2017

Comment se prémunir contre une OPA en bourse ?

En principe...

Lorsqu'un actionnaire possède plus de 50 % du capital d'une société cotée, celle-ci est à l'abri de toute Offre Publique d'Achat (OPA).

Lorsque tel n'est pas le cas (situation de presque toutes les entreprises du CAC 40), la fidélisation d'un certain nombre d'actionnaires « amis » (en une sorte de « tour de table ») constitue en principe et de façon préventive la meilleure arme contre toute tentative de prise de contrôle par une autre société.

Historiquement, les « pilules empoisonnées » dont disposent les sociétés cotées pour se prémunir des OPA sont la limitation de droits de vote d'un certain type d'actions et la possibilité prévue à l'avance d'autoriser le conseil d'administration d'une société (cible éventuelle d'une OPA) à émettre un grand nombre d'actions en cas de raid ou au contraire à racheter un grand nombre des actions afin de renforcer les actionnaires déjà en place.

En pratique, la limitation des droits de vote attachés à certaines actions est un moyen de défense en perte de vitesse, cependant que l'émission de nouvelles actions, elle, a été encadrée par la loi OPA de mars 2006 (« Bons Breton », du nom du ministre de l 'économie de l'époque).

En pratique...

Une société cotée peut se défendre le plus efficacement avant qu'une OPA ne soit officiellement déclarée, alors même que ses dirigeants seraient amenés à repérer une telle intention de la part d'une autre société.

En cas de « ramassage » manifeste des actions (repéré sur des mouvements de cours ou de volumes, par exemple), un ramassage potentiellement préalable au lancement d'une OPA, une cible peut demander à l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) d'intervenir en exigeant une déclaration d'intention de l'éventuel « assaillant ».

Des offres peuvent être découragées de cette façon (cf. Suez décourageant Artemis en 2006), le « ramasseur » étant finalement contraint de déclarer une intention négative. Une fois une OPA officielle lancée, cependant, les moyens de défense d'une cible sont limités, car ceux-ci doivent tous être entérinés par l'Assemblée Générale extraordinaire de la cible : or une convocation d'une AG extraordinaire obéit à certaines règles strictes.

Prévus à l'avance, ces moyens sont en tout cas les suivants : le lancement d'une offre publique concurrente, le lancement d'une OPA sur l'initiateur (cf. Elf sur Total Fina en 2000 en réponse à l'OPA de Total Fina sur Elf), les achats « d'amis » (strictement réglementés par l'AMF pendant toute la durée d'une OPA), l'augmentation de capital déjà prévue et déjà autorisée par une AG extraordinaire antérieure à l'OPA, les « bons défensifs », enfin d'éventuelles actions en justice.

L'autorisation d'émettre massivement des « bons défensifs » (« bons Breton ») en cas de raid est fréquemment utilisée (de façon préventive) par les entreprises du CAC 40, malgré l'inconvénient de signaler ainsi à tout un marché qu'une société est clairement « opéable ».

Structurellement, le recours à l'actionnariat salarié constitue un assez bon moyen de défense anti-OPA, si tant est que cet actionnariat soit significatif : contrairement à des actionnaires « classiques », les salariés y réfléchissent à deux fois face à des offres permettant une rapide plus-value (cas typique des offres OPA) en regard des perspectives de long terme annoncés par les « assaillants ».

Le plus souvent, les mesures anti-OPA entraînent l'amélioration de conditions d'une OPA, mais pas son échec. Il arrive également qu'à la suite du déploiement de certains moyens de défense, une OPA « hostile » devienne « amicale » (cf. Sanofi / Aventis ou Alcan / Péchiney).

Cours de la bourse en direct

Dow Jones 23240 0.38%
S&P500 2570 0.32%
Nasdaq 100 6112 0.39%
FTSE 100 7553 0.31%
CAC40 5374 -0.14%
Nikkei 225 21536 0.36%

Formation bourse

La Bourse est cyclique, valeurs plus ou moins cycliques

La bourse est connu pour être cyclique, tout comme certaines actions. Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Licenciements boursiers : fantasme ou réalité ?

Les licenciements boursiers choquent l'opinion publique... Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

La crise des dettes souveraines

Roman décrypté de la crise des dettes souveraines... Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Testez les services et la plateforme de nos partenaires avec un compte de démonstration gratuit pendant 30 jours en vous inscrivant.

100% BONUS Ouvrez un compte et nous vous créditons un bonus à hauteur de votre dépôt

Il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi, assurez-vous de bien comprendre les risques.