Indicateurs américains qui influent sur les marchés financiers

Primauté des indicateurs américains

Les statistiques économiques publiées plusieurs fois par mois aux Etats-Unis, qu'il s'agisse de statistiques « dures » qui concernent la production, les prix ou l'emploi (sur le marché américain), ou de statistiques « molles » qui évaluent l'opinion des dirigeants d'entreprises ou le niveau de confiance des consommateurs (américains) influent de façon essentielle sur les marchés financiers du monde entier (marchés d'action et d'obligations, marchés des matières premières, Forex) du fait du rôle de premier plan de l'économie américaine dans le monde, aussi bien que de l'importance de sa monnaie, le dollar, sur l'économie de tous les pays.

Statistiques « dures » et statistiques « molles »

Publiées par des instances qui émanent du gouvernement américain (ministère du travail et ministère du commerce principalement), les statistiques « dures » concernent notamment la croissance du PIB (GDP, Gross Domestic Product) relative à un trimestre écoulé et qui fait l'objet d'estimations puis de révisions mensuelles, l'évolution de l'emploi « non agricole » (« non farm employment change » qui donne un taux de chômage et un nombre d'emplois créés ou perdus dans les entreprises chaque 1er vendredi du mois), l'évolution de l'indice des prix enfin (Consumer Price Index côté prix à la consommation et Production Price Index côté prix à la production).

Sont également considérées comme des statistiques « dures » les ventes au détail (« sales ») de produits manufacturés et de services où sont notamment détaillés (ou exclus) les prix de l'énergie.

Considérée abusivement comme une statistique « molle »,  l'indicateur PMI (Purchasing Managers Index - Indice des Directeurs des Achats) publié par l'institut privé ISM (Institute for Supply Management) mesure chaque mois l'évolution par rapport au mois précédent de l'ensemble de l'activité manufacturière et non manufacturière américaine selon plusieurs critères : production, emploi, stocks, nouvelles commandes, prix payés.

En réalité, comme cette statistique est publiée en tout début de mois, il s'agit d'un indicateur avancé de la statistique « dure » relative au PIB qui l'est quelques jours plus tard.

Egalement désignés comme indicateurs « mous », les indices de confiance des consommateurs (l'indice dit « Conference Board » et celui de l'Université du Michigan notamment) sont parfois considérés comme plus fiables que leurs alter egos « durs » (en particulier les ventes au détail) qui ne tiennent pas compte de l'évolution des prix des produits, parce qu'ils sont calculés en valeur.

Influence directe et questions d'interprétation

Le premier vendredi du mois, l'influence directe des statistiques américaines sur l'emploi est souvent visible sur les marchés d'actions européens qui peuvent rester indécis jusqu'à 14 h 30, heure européenne de leur publication.

La révision des chiffres précédemment estimés peut aussi jouer un rôle ponctuel majeur. Ainsi en alla-t-il par exemple en juillet 2008, lorsque le Department of Commerce afficha pour le dernier trimestre 2007 un recul de - 0,2 % du PIB américain, alors que les marchés avaient jusqu'alors tablé sur une estimation de + 0,6 %.

Ces mêmes marchés (d'ailleurs aussi bien européens qu'américains ou asiatiques) s'attendaient alors à une hausse du taux d'intérêt directeur de la Fed (la banque centrale américaine), mais l'expression d'un danger réel pesant sur la croissance économique coupa cours à cette anticipation : à court terme (quelques jours de l'été 2008), les marchés d'actions repartirent à la hausse.

 

Pour consulter des fiches détaillées de chaque indicateur économique américain, consultez le guide économique des statistiques américaines proposé sur le portail Trader-Forex.fr.

Plus d'information sur le même thème

  Se connecter