Wed, 28 Mar 2012 16:00:00 +0000

Ben Bernanke fait à nouveau vaciller les marchés

 

Marchés actions:


Ce soir, les indices européens clôturent en baisse. Après un début de séance relativement calme, la chute des indices s'est accélérée pendant la deuxième mi-séance. Pourtant, Mario Monti a déclaré à Tokyo que les troubles en zone euro étaient  presque  terminés après avoir répondu à plusieurs questions sur sa politique actuelle. Le risque de contagion à l'Espagne est entrain de décroitre avec les mesures qui ont été prises récemment, dont celle du renforcement du pare-feu européen. En France, l'économie a cru moins vite qu'attendue au quatrième trimestre. Le PIB du pays a avancé de 1,3% contre 1,4% d'estimé par les économistes de l'INSEE. Les opérateurs ont donc profité de ces nouvelles pour effectuer quelques prises de profits sur les marchés. Rien n'a vraiment changé en Europe, le discours des dirigeants européens restant sensiblement le même que ces dernières semaines. Les marchés ont tout à fait conscience que la crise de la dette n'est pas totalement achevée.


Outre-Atlantique, Wall Street affichait également des pertes à la suite des propos de Ben Bernanke. Le président de la FED a en effet prévenu que la reprise de l'économie américaine n'était pas complètement garantie. Les inquiétudes des investisseurs ont donc repris de plus belle, d'autant plus que les indicateurs macro-économiques n'ont pas été excellents. Les commandes de biens durables ont ralenti en février en progressant de 2,2% contre 3,0% d'attendu par les investisseurs.


Dans ce contexte, le CAC40 cotait à 3 430,15 points en baisse de 1,14%. Dans le palmarès Alstom et Veolia Environnement perdaient toutes les deux 3,64% et 3,25%. Le Footsie100 se négociait à 5 808,99  points en retrait de 1,03%. Le DAX30 affichait des performances similaires avec une chute de 1,13%  menant l'indice à 6 998,80 points. Outre-Atlantique, le S&P500, le Dow Jones et le Nasdaq Composite évoluaient en baisse de respectivement 0,51%, 0,36% et 0,48%.


Forex :


Sur le marché des devises, la monnaie des dix-sept s'affiche autour des 1,33 face à sa principale contrepartie, le billet vert. Les investisseurs surveillent de près désormais la situation économique de l'Espagne qui pourrait pénaliser l'ensemble de la zone euro. En outre, les marchés seront attentifs à la réunion des ministres des Finances de la zone euro qui se tiendra vendredi et samedi. Beaucoup espèrent qu'à la suite de celle-ci sera décidé un accord sur le renforcement du pare-feu pour faire face à la crise actuelle. En fin d'après-midi, l'euro se traite pour 110 yens face à la devise nippone tandis que face à la devise britannique, la monnaie unique se négocie en hausse proche des 0,8387£. En Grande-Bretagne, l'économie a enregistré un recul de 0,3% pour le quatrième trimestre de l'année dernière soit plus que les prévisions des analystes. Outre-Atlantique, les derniers indicateurs ressortent également décevants. Les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont augmenté de 2,2% lorsque les analystes tablaient sur une hausse de 3%. Dans ce contexte, le billet vert se négocie pour 82,75 yens contre la monnaie japonaise et atteint 1,5848 dollar face à la livre sterling.


Au chapitre des matières premières, les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse de 7,1 millions de baril sur la semaine dernière d'après les chiffres de l'Agence américaine d'information sur l'énergie. Ce soir le « light Sweet Crude » d'échéance mai 2012 se négocie à 123,80 dollars tandis que de son côté, le Brent de la Mer du Nord de même échéance se traite proche des 104,81 dollars le baril. Du coté des métaux précieux, l'once d'or s'échange pour 1 675 dollars et l'once d'argent se traite pour 32,22 dollars.