Wed, 07 Mar 2012 17:00:00 +0000

L'enquête ADP fait rebondir les marchés

 

Marchés actions:

Ce soir, les indices boursiers clôturent dans le vert. Après les chutes terribles d'hier, les marchés européens se sont repris. L'ambiance reste relativement tendue sur les marchés, les investisseurs étant dans l'attente de la fin de l'opération menée par la Grèce. Le pays est censé swaper ses obligations afin de réduire massivement la taille de sa dette et recevoir les 130 milliards d'euros. Les dirigeants européens se veulent confiants et ont déclaré à plusieurs reprises que tout se passerait bien. Ce sont surtout les bonnes nouvelles en provenance des Etats-Unis qui ont renversé les cours et les ont remis sur une tendance haussière.

Outre-Atlantique, Wall Street évoluait dans le vert dans le sillage des marchés européens. En effet, plusieurs indicateurs macro-économiques ont remonté le moral des investisseurs. C'est tout particulièrement l'enquête ADP qui a confirmé, avant les non fam payrolls de ce vendredi, que le marché de l'emploi aux Etats Unis se redressait bien plus vite que prévu ; En effet, l'enquête fait état de la création de près de 216 000 nouveaux emplois contre seulement 170 000 de créés el moi dernier. Ce chiffre de bon augure confirme que la reprise économique américaine est solide et qu'elle devrait se poursuivre tout au long de l'année 2012.

Dans ce contexte, le CAC40 cotait à 3 392,33 points en hausse de 0,71%. Dans le palmarès, Société Générale et  Crédit Agricole gagnaient toutes les deux 3,39% et 3,04%. Le Footsie100 se négociait à 5 791,41  points en avance de 0,44%. Le DAX30 affichait des performances similaires avec un rebond de 0,57%  menant l'indice à 6 671,11 points. Outre-Atlantique, le S&P500, le Dow Jones et le Nasdaq Composite évoluaient en baisse de respectivement 0,66%, 0,58% et 0,82%.

Forex:

L'euro reste à l'équilibre face au billet vert et s'échange autour des 1,3150$. Les marchés restent prudents avant la décision finale des créanciers privés à propos du plan de restructuration de la dette grecque. En effet, les créanciers privés doivent d'accepter les conditions de l'échange avant l'expiration de l'offre, jeudi soir à 21H. Si moins de 75% des créanciers privés refusent le plan d'échange alors les risques d'un défaut de paiement désordonné de la Grèce menacent grandement la zone euro d'une crise systémique de grande ampleur. Ce matin, les incertitudes d'hier étaient encore dans l'esprit des investisseurs et la monnaie unique butait sur les 1,31$. L'optimisme du ministre des finances grec quant à une issue favorable, a permis à la monnaie unique d'éviter une nouvelle chute. En outre, les bons chiffres outre-Atlantique sur le marché de l'emploi ont encouragé la prise de risque sur les marchés. Dans ce contexte, la devise des dix-sept gagne légèrement du terrain face à l'ensemble de ses contreparties. L'euro se négocie autour des 106,60 yens, aux alentours des 0,8352£ et des 1,2432 dollar australien. De son coté, sur le NYBOT, le Dollar Index se stabilise et cote à 79,70 points. La paire AUD/USD et USD/CAD se maintiennent respectivement à 1,0570$ et 0,9996 dollar canadien. Enfin, l'USD/JPY repasse légèrement au-dessus des 81 yens.

Au chapitre des matières premières, le métal jaune rebondit aux encablures des 1 685$ après une lourde chute vers les 1 670$ au cours de la séance de la veille. L'argent-métal gagne 1,42% sur la séance du jour à 33,45$ l'once. De son côté, le pétrole évolue en hausse. A Londres, le Brent de la mer du Nord gagne 0,76% à 123,30$ le baril et à New York, le Light Sweet Crude est en hausse de 0,61% à 105,65$ le baril.