jeudi, 29 juin 2017

Les krachs boursiers de 1987 à 2002

Après le Krach de 1929, d'autres crises boursières ont continué de secouer la finance mondiale. Ces grandes crises, ce sont le Krach de 1987, la crise asiatique de 1997 et le krach des technos, entre 2000 et 2001.

Le Krach de 1987

C'est un lundi d'octobre, surnommé depuis le « Lundi noir », en référence au « Jeudi noir » de 1929, que s'est déclenché la première grande tempête boursière depuis la fin de la seconde guerre mondiale. En quelques heures, ce jour-là, l'indice américain, le Dow Jones, chute de 22%.

Cette chute, vertigineuse, a deux causes. La première est monétaire. Pour juguler l'inflation depuis le début des années 80, la banque centrale américaine remonte ses taux, provoquant d'importantes hausses du dollar. Hausse exagérée compte tenu des déficits américains.

Les accords du Louvre en 1987 vont tenter d'organiser la baisse de la monnaie, mais le marché anticipe ce mouvement et les gestionnaires commencent à déboucler leurs positions : le marché s'effondre. Sa chute sera accentuée par la deuxième cause du krach : l'automatisation des transactions. Au début des années 80 s'était développé un mode de gestion appelé portfolio insurance, qui consistait à protéger ses positions par des options de vente, gérées automatiquement. Or, ce mois d'octobre 1987, le principe fonctionne parfaitement. Dès que le marché commence à baisser, ces protections se déclenchent et se multiplient.

Le lundi 19 octobre, il suffira d'une mauvaise nouvelle (un déficit US plus important que prévu et un relèvement des taux allemands) pour déclencher la panique sur le Dow Jones et dans le monde entier.

La crise Asiatique de 1997

Tout commence à Rangoon, le 2 juillet 1997. Alors que la monnaie Thaïlandaise a été poussée à la hausse par les investissements étrangers massifs et artificiellement gonflée par les autorités thailandaises, des fonds spéculatifs détectent la faiblesse du Baht et jouent sa dévaluation.

Les autorités thaïlandaises décident qu'elles ne peuvent plus soutenir leur monnaie, qui décroche. Sa chute fait peser les soupçons sur toutes les monnaies des « Tigres » asiatiques (Peso philippin, Ringgit malais et Roupie indonésienne), qui plongent aussi. Les capitaux sont rapatriés massivement. Les flux passent d'une entrée nette de capitaux de 92,8 milliards de dollars en 1996 à une sortie nette de 12 milliards de dollars en 1997. Cette différence de 105 milliards représente l'équivalent de 11% du PIB des pays concernés.

La crise boursière est violente et les marchés des Tigres perdent entre 20 et 30% en quelques semaines. La panique se communique ensuite aux autres pays de la région : la Corée, Singapour, Hong-Kong et  Taiwan. Les entreprises de ces pays, dont certaines très endettées, sont prises à la gorge.La Corée est la plus touchée, car la plus endettée. Sa dette a triplé en quatre ans, passant de 44 milliards de dollars en 1993 à 120 milliards en 1997.

En 1998, la crise se propage à la Russie.  Et fin 1998, la vague de contagion finit par atteindre le CAC40, qui cède soudain 5,47% le 17 septembre 1998.

2001 : la bulle informatique

En ce début de 21ème siècle, Internet est le nouvel Eldorado. Certaines entreprises ne sont plus estimées comme c'est d'usage, sur la base d'un multiple de leurs résultats, mais sur un multiple de leur chiffre d'affaires. La demande de titres technologiques est telle que les cours s'envolent. A son introduction en bourse, l'action Netscape passe en quelques heures de 28 à 75 dollars. Pas mal pour une société qui ne fait pratiquement pas de chiffre d'affaires !

C'est l'époque où plus aucun groupe ne veut appartenir à la « vielle économie ». La vénérable Compagnie Générale des Eaux (CGE), groupe de services aux collectivités (eau, électricité, enlèvement des déchets, transports...) se rêve en « dot.com group », une catégorie qui rassemble les modèles principalement axés sur Internet. Le nouveau groupe, renommé Vivendi, se jette alors dans la course aux achats pour grossir au plus vite. Mais, pour lui comme pour beaucoup de sociétés high-tech, les dettes s'accumulent et les profits sont inexistants !

Lorsque les taux d'intérêt repartent à la hausse, en 2001, toutes les dot.com voient leurs cours s'effondrer. En 2002, Vivendi déclare des pertes de 13,6 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 57,4 milliards d'euros. Les bourses s'effondrent. Entre le plus haut de 2000 (quasiment 7000 points) et le plus bas de 2003 (autour de 2440 points), l'indice aura reculé de plus de 60%.

Cours de la bourse en direct

Dow Jones 21486 0.06%
S&P500 2446 0.03%
Nasdaq 100 5759 -0.1%
FTSE 100 7438 0.35%
CAC40 5268 0.05%
Nikkei 225 20256 -0.12%

Formation bourse

Chiffres de l'actionnariat en France

Qui sont les actionnaires ? Un actionnariat familial ? Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Fonctions de l'Autorité des Marchés Financiers, AMF

A quoi sert l'AMF ? Quelle est la mission de l'Autorité des Marchés Financiers ? Quelles sont ses fonctions ? Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Evolutions comparées des cours de la bourse et du PIB

L'évolution de la bourse et du PIB peuvent être analysé. Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Testez les services et la plateforme de nos partenaires avec un compte de démonstration gratuit pendant 30 jours en vous inscrivant.

Il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi, assurez-vous de bien comprendre les risques.