mercredi, 16 août 2017

Hedge-Funds : petits mais costauds

Qui sont les hedge funds ?

Ce sont les plus petits acteurs. Mais ce ne sont pas les moins actifs. Leur développement est spectaculaire : ils étaient environ 450 en 1980, passaient la barre des 2 500 en 1990. Ils sont plus de 10 000 aujourd'hui. Et les actifs qu'ils gèrent sont passés de 35 milliards de dollars en 1990 à plus de 1 500 milliards aujourd'hui.

Ces fonds qu'on appelle aussi fonds d'arbitrage ne fonctionnent pas comme les autres acteurs de l'investissement. Ils sont présents dans toutes les classes d'actifs : changes, actions, obligations, produits dérivés, matières premières...

Leur but est de traquer les incohérences du marché, voire de la provoquer, pour en tirer profit. Ils recherchent une performance non plus relative (c'est à dire comparée à un indice) mais absolue, c'est-à-dire déconnectée de l'évolution des marchés. Leur action, qui les fait présenter souvent comme des prédateurs sans foi ni loi, consiste donc à repérer les faiblesses d'un système et à les exploiter.

Leur arme : l'effet de levier, à travers les produits dérivés et l'endettement. " Les hedge funds peuvent profiter d'une hausse ou d'une baisse des marchés, finalement ce qui les rend moins performants, c'est l'absence de tendance ", explique Noël Amenc, professeur de finance à l'Edhec.

Ils sont nécessaires au bon fonctionnement des marchés, disent les économistes, car ils permettent de continuer à trouver des acheteurs et donc de la liquidité quand celle-ci a disparu.

Cela ne va pas sans risque : le fonds LTCM, dirigé par deux prix Nobel, a connu une retentissante faillite en prenant des positions très spéculatives sur la dette russe, en 1997. Et en 2006, le gigantesque fonds Amaranth a été dissout, après avoir pris des positions plusieurs fois supérieures à la taille de ses actifs...

En 2008, près d'un fonds sur quatre a mis la clé sous la porte, avec le krach des subprimes, ces prêts à risques accordés par les banques américaines à des emprunteurs immobiliers.

Et début septembre 2011, le fonds Man, le plus grand hedge-fund du monde, coté à Londres, dévissait d'un quart de sa valeur boursière (65 milliards de dollars), suite à de mauvais choix d'investissement, qui avaient entraîné des retraits massifs de ses clients.

Mais quand la mécanique fonctionne, cela peut être spectaculaire : le financier John Paulson a ainsi gagné plus de quinze milliards de dollars en 2007, en pariant sur l'effondrement du système des Subprimes ; l'accident que personne, à part lui, n'avait anticipé.

Accusés d'être à l'origine des maux actuels du système financier, l'encadrement de leur action a été régulièrement renforcé depuis trois ans. Sans que cela nuise vraiment à leur activisme... En 2010, selon le Hegde Fund Research, ils ont affiché des performances de + 10,4 % en 2010 (après + 19,98 % en 2009), faisant ainsi oublier une année 2008 où elles avaient décliné de 19,03 %.

Début 2011, le Financial Times indiquait que les dix plus gros Hedge funds déclaraient 28 milliards de dollars de profits pour l'année 2010. C'est davantage que les 26 milliards de dollars déclarés par l'ensemble des six banques majeures de la planète : Goldman Sachs, JP Morgan, Citigroup, Morgan Stanley, Barclays et HSBC.

Cours de la bourse en direct

Dow Jones 22000 0.03%
S&P500 2464 0%
Nasdaq 100 5903 -0.01%
FTSE 100 7437 0.4%
CAC40 5159 0.25%
Nikkei 225 19685 -0.21%

Formation bourse

Histoire d'une faillite célèbre : Enron

Retour sur l'histoire et la faillite du groupe Enron... Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Introductions, émissions : le début d'une longue histoire

A la découverte du marché primaire... Retrouvez toute l'information dans les dossiers formation bourse de Trader-Finance.fr.

Krach de la tulipe, 1er krach boursier

L'histoire du krach de la tulipe est proposé dans la rubrique dossier formation bourse de Trader-Finance.fr.

Testez les services et la plateforme de nos partenaires avec un compte de démonstration gratuit pendant 30 jours en vous inscrivant.

Il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi, assurez-vous de bien comprendre les risques.