L'effet domino entre actions, obligations et devises : comment en profiter ?

L'économie mondiale fonctionne sur la base d'un partage des tâches : d'un côté les financeurs, de l'autre, les producteurs. Parfois, les acteurs économiques peuvent être l'un et l'autre. Mais c'est rarement le cas. Le plus souvent les créateurs de richesses sont obligés de faire appel à des financements extérieurs pour développer leurs affaires. La bourse est le principal lieu de financement de ces entrepreneurs. Par le biais de la vente de parts de sociétés ou par le biais de prêts (sous forme d'obligations).

Toutes ces valeurs peuvent être cotées et faire l'objet d'échange. Elles peuvent aussi susciter la création de produits dérivés. Aux derniers pointages, le marché mondial des actions cotées représente entre 28 et 35 000 milliards de dollars, celui des obligations environ 80 000 milliards, celui des matières premières 380 milliards et le marché des dérivés entre 550 et 700 000 milliards. Soit dix fois la taille de la production mondiale réelle ! Cette économie mondiale est un grand tout, dans lequel les informations circulent à grande vitesse, interagissent et dans lequel l'investisseur peut finir par se perdre...

Bien comprendre les liens

En comprenant mieux comment les marchés interagissent, il est possible de se faire une meilleure image de la situation économique et financière. Le suivi des interactions entre matières premières, actions, obligations et dérivés peut aussi permettre de réaliser de très bons trades. Car dans la plupart des cycles, il y a un ordre dans lequel ces différents marchés réagissent. Certains réagissent dans le même sens, d'autres dans un sens contraire : en suivant tous ces mouvements et en essayant de deviner leur cause, il est possible de mieux cerner dans quel sens un marché va bouger.

Voyons d'abord comme les matières premières, les obligations, les actions et les devises interagissent. Commençons par les matières premières. Lorsque les prix de celles-ci commencent à monter, cela tend à fait monter le prix des biens : c'est ce qu'on appelle de l'inflation importée. Et généralement, les taux d'intérêt montent pour suivre cette inflation. Puisqu'il existe une relation inverse entre le cours des obligations et les taux d'intérêt, les cours des obligations doivent refléter cette situation et baisser.

L'impact des Devises

Les obligations et les actions sont liées : quand les cours des obligations commencent à baisser, les actions sont généralement entraînées dans cette spirale baissière. Comme il est de plus en plus coûteux d'emprunter (et donc de produire à cause de la hausse de l'inflation), il est normal que les sociétés voient leurs coûts monter (et leurs actions baisser). Comme à chaque fois, il y a un temps de réaction entre la chute des obligations et la baisse boursière qui s'ensuit.

Le marché des devises a aussi un impact sur l'ensemble des marchés, mais le principal sur lequel il faut se pencher, c'est celui des matières premières : le dollar et les matières premières vont généralement dans des directions opposées. Si les matières premières montent, le cours du dollar baisse, et si les matières premières baissent, le cours du dollar monte... Bien sur, ces réactions sont comprises en l'absence de toute réaction politique, budgétaire ou monétaire des pays utilisant la monnaie concernée et donc, principalement les Etats-Unis.

L'analyse intemarchés n'est pas une méthode de trading. Mais elle vous aidera à comprendre comment le marché transmet une impulsion dans différentes directions. Elle permet de confirmer les tendances, pas de donner le signal d'achat, car il reste à déterminer quand un marché va commencer à réagir aux impulsions venues de l'extérieur. Il faut en être conscient : la hausse des matières premières et des taux d'intérêt n'est pas un signal immédiat de baisse des actions. Cela confirme simplement une tendance. Pour aller plus loin, il faut utiliser les instruments techniques à votre disposition…

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 20 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

.
  Se connecter