Fri, 23 Mar 2012 08:00:00 +0000

Les marchés peinent à rebondir après les mauvais chiffres du secteur manufacturier

 

Marchés Actions: Hier soir, les marchés américains ont clôturé dans le rouge : le S&P500 a reculé de 0,72%, le Dow Jones Industrial a perdu 0,60% et le Nasdaq Composite a lâché 0,39%. Wall Street a été emportée par la baisse des marchés européens. Hier, les indices PMI des principales puissances économiques de la zone euro se sont avérés très décevants. Même l'indice de l'Allemagne montre une contraction de l'activité manufacturière en février alors que ce secteur est généralement un atout pour le pays. Pourtant, les statistiques macro-économiques américaines ont dépassé les espérances des analystes : les nouvelles demandes d'allocations-chômage sont ressorties à 347 000 nouvelles demandes contre 351 000 la semaine précédente, confirmant la reprise du marché de l'emploi et par conséquent le rebond de la croissance.


En Asie, les indices ont également reculé de quelques pourcents. A la clôture, le Hang Seng perdait 1,15% et le Nikkei 1,14%. En Chine, les opérateurs craignent avant tout que le ralentissement économique du pays ne fasse baisser les rendements des actions des plus grosses capitalisations boursières. La perspective de rendements négatifs pour le premier trimestre n'est pas encore reflétée dans les prix des marchés. Les mauvaises données économiques européennes peuvent également diminuer l'appétit pour le risque des investisseurs. La troisième plus grosse banque chinoise a également publié une baisse surprise de ses profits : Agricultural Bank of China Ltd a reculé de 4,3% après avoir publié ses revenus. Au Japon, le Nikkei225 a également reculé, suivant la même tendance qu'en Chine. L'appréciation du yen a cependant profité aux valeurs exportatrices de l'indice.


Côté européen, les indices boursiers devraient ouvrir en légère hausse : le contrat future de l'indice CAC40 avançait de 0,23% et celui du DAX30 prenait 0,17%. Pourtant la séance devrait être calme, les investisseurs restant relativement prudents. Comme en Asie et aux Etats-Unis, ces derniers craignent que le ralentissement de la croissance en Asie n'affecte celle de l'Europe. Pourtant, le pessimisme des marchés devraient être limité : hier, le gouvernement français a relevé son objectif de croissance de 0,5 à 0,7% pour l'année 2012, suivi de près par l'Insee qui estime que la croissance devrait stagner au premier trimestre et atteindre 0,2% au deuxième trimestre.


Forex: Sur le marché des devises, la monnaie des dix-sept recule face au billet vert pour se traiter en début de matinée aux alentours des 1,3231 dollar. Les investisseurs craignent un ralentissement économique mondial. Après la zone euro et les Etats-Unis, c'est au tour de la Chine de publier des chiffres inquiétants. Pour rappel, l'activité manufacturière de la Chine, deuxième puissance économique mondiale, est ressortie à un plus bas de quatre mois. Au sein la zone euro, l'activité du secteur privé s'affiche en dessous des prévisions avec un indice PMI ressortant à 48,7 contre un consensus de 49,3 points. La bonne nouvelle est venue de la France avec une prévision de croissance revue en hausse pour l'année 2012 de 0,5% à 0,7%. Face à la devise nippone un euro se traite pour 109,57 yens tandis que face à la devise britannique la monnaie unique s'échange pour 0,8338£. Outre-Atlantique, les derniers indicateurs ressortent plus satisfaisants. Les nouvelles inscriptions au chômage s'affichent à un plus bas de quatre ans tandis que l'indice composite des indicateurs économiques a enregistré une forte hausse au cours du mois de février. Dans ce contexte, le billet vert se traite pour 1,5870 dollar contre la devise britannique et se négocie pour 82,77 yens face à la devise nippone. Aujourd'hui les investisseurs suivront de près la publication des ventes aux logements neufs aux Etats-Unis à 15h.


Matières premières: Au chapitre des matières premières, le pétrole a vécu, hier, une séance de forte baisse dans le sillage des marchés actions. En effet, les investisseurs se sont montrés déprimés après la publication négative des indicateurs PMI de la Zone Europe et de la Chine. Cette annonce a fortement pesé sur la tendance, les opérateurs y voyant une nouvelle alerte pour la demande. Ce ralentissement sévère du secteur manufacturier, notamment en Chine, n'est pas de bon augure pour le pétrole. Cependant, malgré la baisse amorcée hier, l'or noir parvient, ce matin, à reprendre de la hauteur. Les cours sont remontés suite aux propos de l'Agence internationale de l'Energie qui a déclaré qu'il n'est pas envisagé de libérer les réserves stratégiques de pétrole malgré la récente flambée des prix. Cette annonce vient contredire les récentes spéculations des investisseurs. Dans ce contexte, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 106.2 dollars. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s'échange contre 123 dollars.
Sur le front des métaux précieux, l'or devrait signer une deuxième semaine consécutive de baisse. Les derniers signes de ralentissement économique en Chine et en Europe minent les perspectives de demande pour les matières premières. A court terme, le métal jaune pourrait encore rester sous pression. Ce matin, l'once d'or s'échangeait contre 1 647 dollars.

Annonces du jour:

Heure Pays Statistiques/événements
Indicateur Période Prévision Précédent Pertinence
VENDREDI 23 MARS 2012
12h00 Indices Prix Conso (GM) Fev 0.4% 0.4% 4
15h00 Ventes logements neufs (GM) Fev 1.3% -0.9% 5
15h00 Ventes logements neufs Fev 325k 321k 5
Degré de pertinence pour les marchés :
5 Très forte 4 Forte/Moyenne à Forte 3 Moyenne