Quelle attitude adopter face au risque de déflation ?

En France, et selon les données publiées en novembre par l'institut de sondages Nielsen, les prix des produits de grande consommation ont connu leur plus faible augmentation depuis près de 4 ans. Au 3e trimestre 2014, ils ont même baissé en Finlande, au Portugal et au Royaume-Uni.

Pour la BCE (Banque centrale européenne), cette analyse, loin d'être une bonne nouvelle, laisse présager une modification du comportement des consommateurs et des épargnants.

Un contexte particulier pour les investisseurs

En période de déflation, les ménages ont, en effet, tendance à reporter leurs investissements, pour bénéficier de la baisse du prix des actifs, notamment immobiliers. Ces acquéreurs attentistes contribuent, à leur tour, à faire baisser les prix, générant ainsi une spirale déflationniste.

D'autre part, la déflation pénalise les emprunteurs qui remboursent un crédit immobilier à taux fixe. Ces derniers se doivent toujours d'honorer leurs engagements, malgré des taux d'intérêt réels plus élevés.

De l'avantage des liquidités

À l'inverse, la déflation favorise le “cash” et les revenus fixes, car les liquidités ne sont plus rognées par l'inflation.

Face à cette menace, l'épargnant privilégiera les obligations à taux fixe et l'épargne monétaire, pour garantir son capital et conserver un certain rendement, grâce à un taux d'intérêt réel positif, malgré une baisse des taux.

Aujourd'hui, piloter son épargne est devenu plus aisé, comme avec les « Super Livrets », distribués par les banques en ligne. Produits sans risque par excellence, ces livrets en ligne – non plafonnés – offrent une rémunération plus généreuse que les livrets réglementés distribués dans les banques traditionnelles.

Des obligations rigoureusement sélectionnées

Les placements obligataires peuvent également retenir l'attention, puisque les obligations évoluent en sens inverse des taux d'intérêt.

Encore faut-il sélectionner des obligations à taux fixe émises par des émetteurs de premier ordre ou des entreprises solides… parfois difficiles à identifier dans un environnement économique perturbé.

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter