mardi, 14 juillet 2020

Ordres combinés : réservés aux stratèges

Nyse-Euronext ne reconnaît officiellement que cinq types d'ordres qui sont regroupés en deux groupes : les « ordres de position » et les « ordres de protection ». Mais, depuis longtemps, les investisseurs individuels actifs ont appris à les combiner entre eux pour mieux exploiter les variations de cours.

D'autres les utilisent pour, disent-ils, « éliminer l'affectif » : c'est le cas, par exemple, lorsqu'ils permettent de vendre dès qu'un objectif de cours donné est atteint. D'autres investisseurs s'en servent comme de « parachutes » qui leur permettent de ne pas rester scotchés devant leur écran toute la journée, de peur de rater un mouvement de marché inattendu...

Cela n'a pas échappé aux courtiers en ligne qui, pour attirer les investisseurs les plus actifs, ont eu l'idée de les « packager ». Ils proposent ainsi des ordres combinés, mais chacun d'entre eux est ensuite retranscrit, pour être compréhensible par les opérateurs de marchés, en une série d'ordres classiques.

Toutes ces combinaisons n'entraînent pas de frais supplémentaires et sont baptisées différemment selon les prestataires. A titre d'exemple Fortuneo les appelle justement « ordres intelligents », mais Cortal a choisi « ordres à scénarios » et Boursorama les qualifie « d'ordres tactiques ».

Le plus courant est l'achat-vente. Autrement dit le passage simultané d'un ordre d'achat et d'un ordre de vente : il faut qu'un des ordres soit exécuté pour que l'autre s'active.

Il faut cependant bien décrypter ce type d'ordre qui peut être plus ou moins sophistiqué. Quid, notamment, du détachement de coupon. Si l'ordre de vente ne se recale pas automatiquement en fonction du détachement du coupon, l'opération court à la catastrophe, car l'ordre de vente de déclenchera de façon inopportune. 

Plus d'information sur le même thème

  Se connecter