Itinéraire d'un ordre de bourse

La bourse de Paris a connu de profondes transformations depuis sa création, au 18ème siècle, en 1724, par Louis XV, jusqu'à sa fusion avec la bourse de New-York, le Nyse, en 2006, qui a fait de le nouvelle société la plus grande bourse du monde, puisqu'elle assure désormais la cotation d'une capitalisation boursière d'environ 15 000 milliards d'euros.

Pour l'investisseur individuel, la fusion avec le Nyse ne change pas grand-chose. Mais sait-il quel chemin prend son ordre de bourse quand il l'a donné ? Voici, en quelques étapes, le parcours d'un ordre de bourse...

1ère étape : le passage d'ordre

Après avoir consulté les cours et les informations nécessaires sur un site d'information comme Trader-finance, Mr X, assis devant son écran, se tourne vers son courtier. Il spécifie la quantité qu'il souhaite acheter, éventuellement le prix et peut même spécifier, s'il le souhaite, la façon dont son ordre sera déclenché. Le courtier transmet son ordre à sa salle de marché.

2ème étape : la salle des marchés

L'ordre transmis par le courtier arrive à la table de négociation, dans la salle des marchés, où il est enregistré. Certaines tables de grandes banques passent plus de 10 000 ordres par jours pour le compte de clients particuliers ou institutionnels.

3ème étape : La plateforme boursière

Depuis l'application de la directive sur les marchés d'instruments financiers (MIF) du 1er novembre 2007, le monopole des opérateurs historiques (NYSE Euronext, London Stock Exchange, Deutsche Börse...) a été aboli. L'ordre peut donc être exécuté sur la plateforme du choix du client. Cela peut être auprès d'un des opérateurs historiques, ou à travers les principales plateformes alternatives européennes, Chi X, Bats Europe ou Turquoise.

4ème étape : La compensation

L'ordre est transmis à la chambre de compensation, qui réceptionne les ordres exécutés, vérifie leur enregistrement, leur appariement, la bonne transmission des soldes (le nombre total du même titre vendu par un opérateur moins le nombre total de ceux qu'il a achetés), puis transmet le tout au système de règlement-livraison. Plus précisément, la chambre de compensation va s'interposer dans chaque transaction pour devenir l'acheteur de tous les vendeurs et le vendeur de tous les acheteurs, sa position restant mathématiquement nulle. En France, il existe une chambre de compensation unique, LCH Clearnet, contrôlé par le LSE (London Stock Exchange).

5ème étape : le règlement livraison

Une fois la négociation et la compensation effectuées, le transfert de propriété des titres négociés du vendeur vers l'acheteur et de la contrepartie (de l'argent, généralement) entre l'acehteur est le vendeur, est matérialisé par le règlement-livraison. En France, celui-ci est assuré par Euroclear France, à travers son système ESES (Euroclear Settlement of Euronext-zone Securities - Règlement par Euroclear des titres de la zone Euronext).

C'est un système unique valable à la fois pour la France, la Belgique, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et l'Irlande. IL s'applique à tous les marchés, qu'ils soient réglementés, SMN et même de gré à gré (c'est-à-dire directement entre institutions, sans passer par une plateforme). Il garantit le bon dénouement de l'opération en s'assurant du transfert simultané de l'argent et des titres.

Voila Mr X propriétaire officiel de ses titres : l'argent a été transféré et ses droits sont garantis, au terme d'une chaîne de transactions informatiques sécurisées. Le plus fort, c'est qu'en l'arrivée de son ordre à la table de négociation et son exécution, il se sera écoulé moins d'une demi-seconde. Plus précisément entre 300 et 400 millisecondes !

Le saviez-vous : les titres achetés par un investisseur ne lui sont plus livrés sous forme de titres papier depuis longtemps (1987 en France). Mais qui conserve la trace de cette propriété ? La question mérite d'être posée devant le risque d'une panne informatique du teneur de compte, par exemple. La réponse ? Ils sont conservés chez un dépositaire central des titres ou central securities depository (CSD) à travers le teneur de compte de leur propriétaire. Chaque transaction est ainsi doublement inscrite, à la fois chez le teneur de compte-conservateur, et auprès du dépositaire central. En France, il peut être national - dans ce cas, c'est Euroclear France, ou international, et c'est alors Clearstream.

Plus d'information sur le même thème

Photo of Arnaud Jeulin

Arnaud Jeulin Responsable de la publication, Trader

Après un diplôme d'ingénieur, Arnaud a commencé une carrière de développeur. Il a travaillé avec des traders et des services de back office pour mettre en place des prototypes et des outils de trading. Il a ensuite créé sa propre entreprise en 2003.

Il a été responsable du webmarketing pour la Banque en ligne Suisse Synthesis, depuis rachetée par Saxo Bank. Il a aussi fait des audits pour différents brokers et participé à plusieurs salons professionnels pour les courtiers à Londres, Paris et Chypre.

Depuis 18 ans Arnaud a approfondi sa connaissance des brokers et des marchés, il utilise son expérience pour améliorer Mataf afin d'éviter d'orienter les visiteurs vers des brokers malhonnêtes ou des stratégies de trading dangeureuses.

Vous pouvez le joindre via les réseaux sociaux suivants ou par email :

  Se connecter